/finance/business
Navigation

Québec vient en aide à certains médias

Trois entreprises de presse se sont partagées 1,2 M$

GEN-CONSEIL-GENERAL-PLQ
Photo d'archives, Agence QMI Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard (à gauche) et Alexandre Taillefer, un des copropriétaires de Mishmash Média.

Coup d'oeil sur cet article

Trois entreprises médiatiques proches des libéraux ont reçu 1,2 M$ en subventions du gouvernement Couillard, ce qui en fait les principales bénéficiaires d’un programme d’aide à la presse écrite.

La Presse a touché 400 000 $ du Programme d’aide à l’adaptation numérique des entreprises de la presse d’information écrite, lancé en décembre.

Le média pour tablettes est devenu un organisme à but non lucratif en juillet, mais l’ancien président de son conseil d’administration, André Desmarais de Power Corporation, a dit croire qu’il demeurera fédéraliste.

Mishmash Média, qui publie les magazines L’actualité et Voir, a également obtenu 400 000 $. L’entreprise appartient à XPND Capital, dont l’associé principal est Alexandre Taillefer. Celui-ci préside la campagne du Parti libéral du Québec.

Deux autres entreprises ont reçu 400 000 $, le maximum possible en vertu du programme : Le Devoir ainsi que le Groupe Capitales Médias, qui publie Le Soleil, Le Droit, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Quotidien et La Voix de l’Est.

Propriété de l’ancien ministre libéral fédéral Martin Cauchon, Capitales Médias a déjà reçu un prêt de 10 M$ de Québec. Lundi, Le Journal a révélé qu’une autre firme contrôlée par M. Cauchon, Omerlo, bénéficiera de contrats subventionnés à hauteur de 1,4 M$ par Québec et Ottawa.

« Experts indépendants »

Au cabinet de la ministre de la Culture, Marie Montpetit, on précise qu’un comité « indépendant », composé de Daniel Giroux, Bruno Guglielminetti et Sylvain Lafrance, a évalué les demandes déposées par les médias.

Jusqu’ici, le programme, qui s’adresse à tous les médias écrits généralistes, a attribué 2,2 M$. Parmi les autres bénéficiaires, on compte Hebdos Québec (368 000 $), Le Journal d’Outremont/Station Mont-Royal (71 000 $) ainsi que The Sherbrooke Record (38 000 $). Québec prévoit consacrer 24 M$ en cinq ans à l’initiative.

En mars, le gouvernement a en outre mis en place un crédit d’impôt pour la transformation numérique de la presse qui devrait lui coûter 65 M$ d’ici la fin de 2022.

Québecor Média, qui publie notamment Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, songe à le demander pour ses médias, nous a dit un porte-parole de l’entreprise.