/finance/business
Navigation

Un véhicule autonome qui pourrait remplacer des centaines d’employés

Mecfor a présenté le prototype du transporteur électrique destiné aux alumineries

Un véhicule autonome qui pourrait remplacer des centaines d’employés
Photo Pierre-Alexandre Maltais, Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | L’arrivée sur le marché d’un premier véhicule électrique autonome entièrement conçu au Québec et destiné aux alumineries pourrait signifier l’abolition de centaines de postes de conducteur au cours des prochaines années, à travers le monde.

L’entreprise Mecfor, qui produit et assemble déjà des transporteurs de creusets à La Baie, au Saguenay, a dévoilé son prototype de véhicule autoguidé sans conducteur, jeudi.

L’engin, nommé AGV TEAM (pour Transporteur Électrique Autoguidé Mecfor) est développé depuis deux ans avec la participation de Québec, qui a investi 520 000 $ sur une enveloppe totale de 1,4 M$.

En plus d’être entièrement électrique, l’AGV TEAM se recharge lui-même et se déplace dans les usines grâce à un système de positionnement par infrarouge. Un seul opérateur est nécessaire pour superviser le travail d’un ou de plusieurs de ces véhicules autonomes via les ondes Wi-Fi.

« Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, il faut s’assurer de demeurer compétitifs et ça passe entre autres par l’automatisation », a indiqué jeudi le ministre des Transports, André Fortin.

La présidente de Mecfor, Éloïse Harvey et le ministre des Transports André Fortin lors du dévoilement d’un transporteur électrique autonome destiné aux alumineries.
Photo Pierre-Alexandre Maltais, Journal de Québec
La présidente de Mecfor, Éloïse Harvey et le ministre des Transports André Fortin lors du dévoilement d’un transporteur électrique autonome destiné aux alumineries.

Marché potentiel de 200 M$

Selon les estimations de Mecfor, chaque aluminerie utilise actuellement entre 10 et 20 transporteurs de creusets, ces immenses cuves qui servent à transporter l’aluminium en fusion jusqu’à un centre de coulée, où le métal gris est transformé sous différentes formes.

La compagnie Mecfor estime le marché potentiel à 50 M$ en Amérique du Nord, et à 200 M$ dans le monde, si toutes les alumineries du monde changeaient l’entièreté de leurs flottes dès l’an prochain.

« C’est utopique », a nuancé la présidente de Mecfor, Éloïse Harvey. « On ne pense pas que nos clients vont changer la flotte de véhicules traditionnels tous en même temps. Ils vont probablement y aller par phases. »

Remplacement graduel

Mme Harvey croit que ses clients, dont Rio Tinto, Alcoa et Alouette, au Québec, pourraient ainsi graduellement remplacer une partie de leur flotte de véhicules traditionnels opérés par des travailleurs dans les années à venir, à raison de deux ou trois véhicules au cours des prochaines années.

« J’ai rencontré certains présidents d’alumineries, et on me disait qu’un des défis, en ce moment, c’est la disponibilité de la main-d’œuvre qualifiée. Peut-être qu’on va enlever un opérateur sur un équipement mobile, mais on va revoir ces gens-là ailleurs dans l’usine, dans d’autres postes. On ne parle pas de sortir les employés des usines. C’est [...] utiliser les gens dans d’autres endroits névralgiques des opérations », a expliqué Mme Harvey.

L’AGV TEAM a été conçu pour évoluer spécifiquement dans l’environnement des alumineries et leurs salles d’électrolyse aux forts champs magnétiques.

Quelques chiffres

  • Valeur du véhicule 600 000 $
  • 2 Nombre d’années de développement
  • Marché potentiel 200 M$
  • 9 Nombre d’alumineries au Québec
  • 30 000 Nombre d’emplois liés à l’aluminium au Québec