/news/politics
Navigation

Les conservateurs prennent leurs distances avec Bernier

Le député de Beauce s’est fait de nombreux ennemis avec ses tweets

Malgré la polémique suscitée par sa série de tweets sur le « multiculturalisme extrême » du gouvernement Trudeau, le député conservateur Maxime Bernier n’a aucune intention de donner des entrevues aux médias pour l’instant.
Photo d'archives, Christopher Nardi Malgré la polémique suscitée par sa série de tweets sur le « multiculturalisme extrême » du gouvernement Trudeau, le député conservateur Maxime Bernier n’a aucune intention de donner des entrevues aux médias pour l’instant.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les plus récentes frasques de Maxime Bernier sur les réseaux sociaux l’auraient « complètement isolé » de ses collègues au sein du Parti conservateur, selon plusieurs sources bien informées.

« Si Maxime s’en va demain matin [pour fonder son propre mouvement], il n’y a aucun député qui le suit, estime une source sûre. Les gens sont vraiment irrités par ce qui se passe avec Maxime. »

Le Beauceron a continué d’alimenter la controverse sur les réseaux sociaux, jeudi matin, avec des messages qui l’inscrivent en faux avec son chef Andrew Scheer.

Dans une autre série matinale de gazouillis, M. Bernier s’est défendu de diviser la population en ayant recours à de la « politique identitaire ».

Il répondait ainsi à son chef, qui l’a subtilement accusé la veille d’avoir recours à cette tactique.

« Sur les 12 députés conservateurs du Québec, il y en a 11 qui sont contre sa façon de faire pour mettre de l’avant ses idées », ajoute-t-on en coulisse.

Décision d’équipe

La bisbille entre le député québécois rebelle et son chef a suivi ce dernier jusqu’en Saskatchewan, jeudi. Interrogé sur l’avenir de « Mad Max » au sein du parti, Andrew Scheer a évité de répondre directement à la question. « Je ne vais pas entrer dans les discussions internes du caucus, a-t-il expliqué, soulignant qu’il tend la main au Beauceron. Ce sont des choses qui se décident en équipe. »

Il a toutefois ajouté qu’il s’attendait à ce que ses députés travaillent tous pour atteindre le même but : celui de renverser les libéraux de Justin Trudeau.

Bernier, qui est passé à deux doigts de devenir chef, demeure très populaire auprès de la frange libertarienne du parti.

Le feu aux poudres

Il a mis le feu aux poudres dimanche lorsqu’il a affirmé que le « multiculturalisme extrême » du gouvernement Trudeau menace le Canada. « Plus de diversité ne nous rendra pas plus forts, cela détruira notre pays », avait-il écrit.

Il a continué à susciter la polémique au cours de la semaine sur les réseaux sociaux, forçant le chef Andrew Scheer à se dissocier de son député. Mais malgré la polémique, Maxime Bernier n’a de son côté aucune intention de donner des entrevues aux médias pour l’instant.

Selon le député Pierre Paul-Hus, son collègue Bernier doit maintenant décider s’il souhaite jouer en équipe, ou bien quitter le parti. « Quel est l’avenir de Maxime Bernier ? Lui seul peut répondre à cette question-là », affirme le député de la région de Québec.

Malgré la polémique suscitée par sa série de tweets sur le « multiculturalisme extrême » du gouvernement Trudeau, le député conservateur Maxime Bernier n’a aucune intention de donner des entrevues aux médias pour l’instant.
Capture d'écran, Twitter
Malgré la polémique suscitée par sa série de tweets sur le « multiculturalisme extrême » du gouvernement Trudeau, le député conservateur Maxime Bernier n’a aucune intention de donner des entrevues aux médias pour l’instant.
Capture d'écran, Twitter
Malgré la polémique suscitée par sa série de tweets sur le « multiculturalisme extrême » du gouvernement Trudeau, le député conservateur Maxime Bernier n’a aucune intention de donner des entrevues aux médias pour l’instant.
Capture d'écran, Twitter