/entertainment/lavoix
Navigation

La Voix s’installe à l’Hôtel Plaza

Les préauditions se déroulent jusqu’à dimanche

Des dizaines de candidats venant d’un peu partout dans la province ont tenté leur chance hier.
Photo Pascal Huot Des dizaines de candidats venant d’un peu partout dans la province ont tenté leur chance hier.

Coup d'oeil sur cet article

Les dizaines de personnes qui se sont déplacées hier à l’Hôtel Plaza pour les préauditions de La Voix, qui se déroulent à Québec jusqu’à dimanche, ont eu la visite spéciale de la gagnante de la dernière édition, Yama Laurent, et du finaliste Jonathan Freeman.

Tous deux sont allés parler de leur expérience aux candidats, alors qu’ils franchissaient la même étape il y a maintenant un an.

« Ton message, livre-le. C’est à toi, et personne d’autre ne peut le faire à ta place. Moi, j’avais envie de partager ce que je ne peux pas dire dans la vraie vie, ce que je n’ose pas partager sans la musique », conseillait Yama, qui travaille actuellement sur son premier album.

« Soyez vous-mêmes. Vous n’avez rien à perdre. N’ayez pas peur d’être fous et d’avoir du fun », a dit Jonathan Freeman à ceux qui s’apprêtaient à entrer dans la salle d’auditions.

L’équipe de La Voix s’installait hier à Québec après avoir vu pas moins de 1749 candidats à Montréal en six jours, lors de la première vague de préauditions.

Nouvelle façon de faire

Les préauditions se déroulent dans deux salles cette année. Les candidats sont d’abord appelés à passer devant les nouveaux juges Marc-André Fortin, qui a gagné Star Académie en 2005, et Marie-Ève Riverin, qui a fait des études en chant classique, a été professeure de chant à Mixmania, en plus d’être co-créatrice de la revue musicale Québec Issime.

Certains candidats avec qui on aimerait « valider certaines choses » ou les entendre sur une nouvelle chanson sont ensuite invités à se rendre dans une deuxième salle, où les attendent les directeurs de casting Carl Dubuc et Dominique Savoie, qui ont un long parcours dans le milieu télévisuel.

« Des fois, on est enfoncés dans notre siège parce que le timbre de voix nous jette par terre, a confié Carl Dubuc entre deux auditions. Il y a encore des grains de voix uniques qu’on n’a jamais entendus. C’est cliché de le dire, mais il y a du talent et on ne l’a pas épuisé. On le dit et on le redit, mais c’est vraiment impressionnant. »

Des candidats de partout

Non seulement les candidats présents hier venaient de partout au Québec, de Belœil à la Gaspésie, en passant par Alma et Sherbrooke, mais ils avaient des parcours tout aussi éclectiques les uns que les autres.

On a même vu un couple se présenter aux préauditions, pour toutefois donner leur performance chacun de son côté. Nicky, 45 ans et propriétaire d’une friperie, a rencontré Patrick, 33 ans et machiniste, dans un karaoké en avril dernier. Originaires de Sherbrooke et Granby, ils partagent, depuis, la même passion pour la musique.

Jonathan Freeman accompagnait un de ses amis de Québec, Philippe Gagné, un multi-instrumentiste qui joue souvent dans les rues du Vieux-Québec.

La 7e saison de La Voix sera diffusée l’hiver prochain. Le coach Marc Dupré retrouvera son siège aux côtés de Lara Fabian, Éric Lapointe et Alex Nevsky. Charles Lafortune sera de retour à l’animation, tout comme Anouk Meunier.