/sports/others
Navigation

S’éloigner pour mieux revenir

Coqueluche du Canada à Pyeongchang, Kim Boutin revient sur les lames

Kim Boutin a manifesté sa joie après le 1500 m aux Jeux olympiques de Pyeongchang, où elle a terminé en troisième position.
Photo d’archives, Didier Desbusschère Kim Boutin a manifesté sa joie après le 1500 m aux Jeux olympiques de Pyeongchang, où elle a terminé en troisième position.

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Devenue la véritable coqueluche du pays lors des derniers Jeux olympiques après avoir raflé trois médailles en patinage de vitesse courte piste, Kim Boutin revient sur la glace après s’être accordé une longue pause.

« Je ne suis toujours pas redescendue de mon nuage », donne à entendre la patineuse de 23 ans.

Kim Boutin n’était pas très connue sur la scène sportive avant les Jeux olympiques de Pyeongchang de février dernier.

Les Canadiens l’ont découverte alors qu’elle a fait vibrer le pays en remportant l’argent au 1000 mètres en plus de deux médailles de bronze au 500 mètres et au 1500 mètres.

La Sherbrookoise a eu aussi l’honneur de porter le drapeau du Canada lors des cérémonies de clôtures.

Sa première expérience olympique a toutefois été assombrie par des insultes sur son compte Instagram et Facebook, dont des menaces de mort, de la part des fiévreux partisans coréens, ces derniers l’accusant d’avoir gagné une médaille à la suite de la disqualification de leur héroïne, la Sud-Coréenne Choi Min-Jeong, lors de l’une des courses.

À la suite de cette pluie d’insultes, Kim a fermé les deux comptes.

Manque de motivation

À son retour de la Corée du Sud, la rapido sur lames a d’abord pris une pause de cinq semaines pour faire le vide. Puis, lorsqu’elle a rechaussé ses patins, la motivation n’y était pas.

En discutant avec ses entraîneurs, elle a décidé de mettre le patin de côté quelque temps et de s’accorder l’été pour se reposer.

« J’aimerais être sur la glace avec les autres filles, mais tout le monde a besoin de prendre du temps pour soi, a-t-elle dit avec philosophie. Les six derniers mois ont passé trop vite et je n’ai pas assez récupéré émotivement à la suite des Jeux. »

Ce n’est pas la première fois que la Sherbrookoise a besoin de temps pour s’éloigner de son sport pour mieux y revenir. En décembre 2016, elle avait pris une pause de six mois. « Ç’a toujours été bénéfique pour moi de reculer pour mieux m’y replonger plus tard », a-t-elle expliqué.

Pékin 2022

Kim retournera à l’entraînement dans un avenir rapproché. Elle va s’asseoir avec ses entraîneurs afin de fixer ses nouveaux objectifs avec ses entraîneurs. Encore enivrée par ses performances en Corée du Sud, Kim veut encore vivre l’expérience olympique. Elle souhaite être au rendez-vous de Pékin en 2022.

« Je veux être dans une bonne forme physique et mentale afin d’offrir une bonne performance », a-t-elle assuré.

Rançon de la gloire

Depuis qu’elle a accroché trois médailles olympiques à son cou, l’athlète a constaté qu’elle attirait davantage les regards.

« C’est plus mon chum qui le constate, dit-elle en riant. Parfois, on fait l’épicerie et c’est lui qui me dit que je me fais regarder. »