/news/transports
Navigation

Samedi d’enfer sur les routes: des accidents créent des congestions monstres sur les ponts

Une collision sur Honoré-Mercier a immobilisé la circulation pendant près de 2 heures

Tous les ponts de la Rive-Sud étaient inutilisables hier en raison du trafic (la carte), dont le pont Louis-Hippolyte-La Fontaine qui débordait jusqu’à l’autoroute 20 et la route 132.
Photos Agence QMI, Marc-Alain Trudeau et tirée de Google Map Tous les ponts de la Rive-Sud étaient inutilisables hier en raison du trafic (la carte), dont le pont Louis-Hippolyte-La Fontaine qui débordait jusqu’à l’autoroute 20 et la route 132.

Coup d'oeil sur cet article

Les automobilistes qui circulaient entre la Rive-Sud et l’île de Montréal hier après-midi se sont retrouvés sans options. Une quinzaine d’accidents a créé des congestions monstres sur les ponts.

« Le samedi, c’est généralement tranquille, mais aujourd’hui [hier], c’est l’enfer. Il y a eu vraiment beaucoup d’accidents. Surtout pour entrer vers Montréal, il n’y [avait] plus d’options », a observé Patrick Evans, chroniqueur à Radio Circulation 730.

La circulation sur le pont Honoré-Mercier a été complètement immobilisée pendant près de deux heures à la suite d’un face-à-face en début d’après-midi, qui a causé un bouchon sur la route 138 sur près de 4 km, jusqu’à l’échangeur Saint-Pierre.

Puisqu’une seule voie dans chaque direction était ouverte en raison des travaux, les automobilistes se sont retrouvés sans issue. Certains ont osé des manœuvres dangereuses en tentant de circuler à contresens pour aller prendre la bretelle de sortie la plus proche.

Bouchon sur les ponts

Les entraves se sont accumulées tout au long de la journée, rendant inutilisables tous les accès partant de la Rive-Sud :

  • Au moins trois accidents sont survenus aux abords du pont Louis-Hippolyte-La Fontaine à Montréal et sur la Rive-Sud, causant de la congestion jusqu’à l’autoroute 20 et la route 132 du côté de la Montérégie.
  • Sur le pont Champlain, en direction Montréal, des voitures sont restées prises pendant 45 minutes en raison de la fermeture du pont de contournement.
  • Les automobilistes ont tenté de se rabattre sur les ponts Victoria et Jacques-Cartier, qui sont devenus congestionnés.
  • D’autres accidents, dont sur l’A40 dans le secteur de Repentigny et sur l’A640 à l’approche de l’autoroute des Laurentides, se sont ajoutés au lot.
  • Les travaux réguliers de la fin de semaine, dans l’échangeur Turcot, l’A20 et l’A720 n’ont fait qu’empirer la situation.

Golf sur Mercier

Sur le pont Honoré-Mercier, transformé en stationnement, certains ont joué au golf pour passer le temps.
Photo courtoisie
Sur le pont Honoré-Mercier, transformé en stationnement, certains ont joué au golf pour passer le temps.

Des automobilistes pris dans le trafic ont tenté de passer le temps du mieux qu’ils pouvaient. Sur le pont Honoré-Mercier, qui a été transformé en stationnement, deux amis, Brandon et Milton, ont même sorti leur équipement de golf du coffre de la voiture pour pratiquer leurs techniques sur la chaussée.

« Ça faisait 45 minutes qu’on ne bougeait pas. On s’est dit : “pourquoi pas, ça va faire une belle photo” », a lancé en riant Brandon, l’auteur du cliché.

Cette quinzaine d’accidents qui ont été répertoriés dans le Grand Montréal pourrait bien être attribuable à l’impatience des automobilistes, croient des spécialistes.

Effet domino

« C’est un effet domino. Les gens sont pressés, ils sont pris dans la congestion. Ils deviennent impatients et créent d’autres accidents », remarque M. Evans, qui note également que cette période marque le retour des vacanciers et les dernières belles journées de congé.

« Tout le monde est vraiment à bout de nerfs, le niveau de frustration est très élevé à cause des nombreux détours », constate lui aussi l’ancien chroniqueur à la circulation de la station CJAD Rick Leckner, mentionnant que la signalisation déficiente n’aide pas.

Il estime qu’un échéancier plus long des travaux permettrait de réduire environ de moitié le nombre de travaux simultanés et ainsi la colère des automobilistes.