/news/currentevents
Navigation

Un fleuron techno de Québec coupe les ponts avec son vice-président

Coup d'oeil sur cet article

L’entreprise CPU Services, une importante firme informatique basée à Québec et un grand partenaire du gouvernement provincial depuis plusieurs années, rompt tous ses liens avec un ancien vice-président empêtré dans une affaire de fraude envers le gouvernement.

L’arrestation de Sylvain Tremblay par des enquêteurs de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), le 5 juillet dernier, a jeté de l’ombre sur les activités de la firme au sein de laquelle il avait un rôle influent depuis les années 90.

L’homme de 61 ans fait face à deux accusations de fraude envers le gouvernement et à une accusation de fraude. Son retour devant le tribunal est prévu le 27 septembre. Il s’était de son propre chef retiré de toutes ses fonctions dans l’entreprise le jour même de son arrestation.

L’UPAC le soupçonne avec deux anciens hauts fonctionnaires du ministère de la Justice d’avoir profité d’un stratagème de corruption touchant l’octroi de contrats informatiques dans ce même ministère, dont la mission, ironiquement, est de maintenir notre système « digne de confiance et intègre ».

C’est le plus important cas de fraude alléguée concernant l’octroi de contrats publics en informatique jamais soulevé au Québec.

Actions rachetées

Dans un communiqué transmis au Journal, CPU Services informe ses fournisseurs et ses clients qu’elle « n’a plus aucun lien » avec Sylvain Tremblay. Le président directeur général de la firme, Lotfi Ghattas, a racheté l’ensemble des actions détenues par son ancien partenaire d’affaires.

« L’entreprise n’effectuera aucun commentaire supplémentaire », précise le communiqué.

Un autre des trois coaccusés, Normand Laberge, a œuvré au département informatique du ministère de la Justice jusqu’en 2007 avant de passer au privé comme codirigeant de la firme technologique Dartech, à Montréal. L’autre homme arrêté est Christian Tessier. Il a occupé les mêmes fonctions au ministère de la Justice jusqu’en 2014.

Des millions en contrats

À elle seule, CPU Services, qui emploie aujourd’hui plus de 450 personnes au Canada, a obtenu depuis 2009 plus de 50 millions de dollars en contrats gouvernementaux. La firme prétend que « les faits présumés » se seraient produits avant cette période, « principalement [...] avant 2005 ». Ses locaux de Québec ont fait l’objet d’une perquisition de l’UPAC en mars 2017.

Dans une biographie publiée sur le site de l’Aviation royale canadienne et qui a été discrètement retirée du web cet été, on apprend que Sylvain Tremblay a été nommé colonel honoraire du 2e Escadron expéditionnaire aérien de Bagotville en 2014. En plus de ses fonctions chez CPU, il a siégé aux conseils d’administration de diverses fondations, dont celle du Cégep Limoilou, de 2006 à 2011. Il y a été pendant plusieurs années le président de la campagne de financement de l’école.

Le Journal a tenté de joindre Sylvain Tremblay hier, sans succès.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.