/24m/outings
Navigation

Les langues à l’honneur au LangFest

langfest festival de langues
Nadia Lemieux / 24H

Coup d'oeil sur cet article

Des amateurs de langues de tous âges, niveaux et horizons se rassembleront toute la semaine à l’université Concordia pour célébrer leur passion, dans le cadre de la troisième édition du LangFest de Montréal.

Sabrina Corriveau-Maheu, âgée de 26 ans, est polyglotte. Elle parle couramment le français, l’anglais, l’allemand, l’espagnol et l’italien. Elle possède également un niveau intermédiaire en japonais et des bases dans diverses langues, dont l’esperanto, le finnois, le latin, le russe et le grec.

« Je veux parler avec tout le monde du monde », a-t-elle confié à sa mère lorsqu’elle était âgée de seulement quatre ans. Mais c’est véritablement à l’âge de 15 ans qu’elle a commencé à faire les démarches nécessaires pour y arriver. Depuis, elle ne cesse de se fixer des objectifs pour améliorer ses compétences linguistiques.

Établir des liens

«[L’apprentissage des langues], c’était surtout pour établir le contact avec les gens. Je n’aime pas que la langue soit une barrière et la langue est un outil incroyable pour ouvrir des portes qui ne se seraient jamais ouvertes sinon », lance celle qui a grandi à Sherbrooke dans une famille unilingue francophone.

L’apprentissage des langues est étroitement lié à sa passion des voyages, précise-t-elle. Elle a déjà foulé le sol de 34 pays, dont l’Équateur, l’Allemagne, l’Italie et le Japon, où elle a résidé pour des périodes plus ou moins longues.

«C’est important d’être capable d’établir un certain lien, que ce soit juste à la boulangerie du coin ou dans un café pour jaser avec une personne âgée si t’as envie, croit celle qui se décrit comme une ‘‘nerd’’ » des langues. Être capable de communiquer avec les gens locaux, ça nous en apprend beaucoup sur une société et une culture.»

Festival inclusif

Cela fait trois ans que Sabrina Corriveau-Maheu s’implique dans l’organisation du LangFest. Cette année, elle occupe le poste de responsable aux relations avec les conférenciers.

Tout le monde est bienvenu au LangFest, souligne-t-elle. «Pas besoin d’être polyglotte. On a des gens qui ne parlent qu’une langue et qui essaient d’en baragouiner une autre. C’est vraiment un évènement qui se veut inclusif pour toutes les personnes qui s’intéressent de près ou de loin aux langues, à la linguistique, aux cultures, aux voyages. »

Certains participants à ce festival unique parlent près de 20 langues alors que d’autres n’en parlent que deux ou trois, précise-t-elle. «Ça regroupe n’importe qui qui a un intérêt pour les langues.»

À compter de vendredi et pour tout le week-end, des experts en langues de renommée locale et internationale présenteront des conférences au sujet des outils, technologies et méthodes qui peuvent motiver ceux qui commencent leur apprentissage d’une langue, tout comme ceux qui en maîtrisent déjà quelques-unes.

Des activités sociales et ateliers d’introduction à diverses langues, dont le swahili, le mandarin et le croate, seront également offerts.

Plus tôt dans la semaine, on propose des activités sociales pour pouvoir échanger dans toutes les langues.

Pour voir la programmation complète du LangFest et pour vous procurer des billets, rendez-vous au montreal.langfest.org.