/news/green
Navigation

Nouvelle étape dans le recyclage du polystyrène au Québec

Nouvelle étape dans le recyclage du polystyrène au Québec
Polystyvert

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | L’initiative d’une start-up montréalaise vient marquer une étape notable en matière de recyclage du polystyrène, une matière encore peu recyclée au Québec.

L’entreprise Polystyvert, établie dans le parc industriel d’Anjou, dans l’est de Montréal, a inauguré lundi «la toute première usine de démonstration de recyclage par dissolution de polystyrène au monde».

L’usine pourra recycler annuellement jusqu’à 600 tonnes de polystyrène, un matériau aussi appelé styromousse au Québec ou plastique no 6.

«La catégorie de plastiques numéro 6 n’était pas ou peu recyclée au Québec jusqu’à l’arrivée du procédé novateur de Polystyvert qui produit un PS recyclé de meilleure qualité que les procédés mécaniques déjà en place», a indiqué la compagnie à l’occasion de l’inauguration de son usine, soulignant que «chaque année au Québec près de 92 000 tonnes de déchets de PS sont générés» et que «l’immense majorité des résidus de PS est enfouie et remplacée par du PS neuf».

Le polystyrène est principalement utilisé dans la fabrication d’emballages de produits électroniques ou de protection pour les meubles, de barquettes alimentaires, de pots de yogourt, de produits commerciaux ou de produits isolants.

Le procédé développé par Polystyvert comprend la dissolution du polystyrène à recycler dans une huile essentielle «qui est un produit naturel très sécuritaire». «Puis le PS est séparé de l’huile essentielle et il est mis en forme, a expliqué l’entreprise dans un communiqué. Le résultat de recyclage du PS est une résine de polystyrène recyclée d’excellente qualité, avec des propriétés similaires au polystyrène neuf, pouvant être utilisée pour fabriquer à nouveau des produits en polystyrène.»

Polystyvert dit être «la seule compagnie au monde à recycler le PS par un procédé de dissolution et séparation en instance de brevet», ajoutant qu’elle compte «propulser le développement de cette technologie à grande échelle» avec, notamment, l’appui de Total Polymères, une filiale du groupe français Total.

Dans un guide technique sur la mise en valeur du polystyrène post-consommation daté de 2016, Recyc-Québec mentionne que «70% des Canadiens ont accès à un service de récupération du polystyrène rigide par l’entremise de la collecte sélective», mais que «ce taux est cependant de seulement 18% au Québec, loin derrière l’Ontario (93%), la Colombie-Britannique (94%) et la Nouvelle-Écosse (100%)».

Certaines villes du Québec ont participé à des projets pilotes de récupération de ce matériau ces dernières années. À Montréal, le polystyrène ne fait pas partie des matières à mettre dans le bac de recyclage, mais les écocentres des arrondissements de LaSalle et Saint-Laurent l’acceptent. À Québec, la styromousse est récupérée.