/news/currentevents
Navigation

Il meurt après avoir développé une dépendance à la Four Loko

L’homme buvait environ deux canettes à 11,9 % d’alcool par jour

PH-Facebook
Photo Facebook Pierre Parent

Coup d'oeil sur cet article

La famille d’un Drummondvillois de 30 ans décédé en décembre dernier après être devenu accro à la controversée boisson Four Loko aurait souhaité qu’il demande de l’aide plutôt que de tenter de régler sa dépendance seul.

« Si on pouvait reculer dans le temps, j’aurais voulu qu’il nous en parle. On aurait tout fait pour lui venir en aide », laisse tomber la mère de Pierre Parent, Chantal Charrette.

Tout juste après Noël, le 26 décembre dernier, le trentenaire a subi un arrêt cardiaque après avoir consommé de l’alcool, dont quatre Four Loko, de la caféine et deux cachets de Tylenol rhume.

« La combinaison d’éthanol, de caféine [un stimulant] et de chlorphéniramine a pu provoquer une arythmie ventriculaire [mort subite] chez ce patient », a statué le coroner Yvon Garneau dans un rapport rendu public mardi.

Jean-Pierre et Jimmy Parent, père et frère de Pierre Parent, aimeraient que la population prenne conscience des risques à la consommation de boissons sucrées alcoolisées, comme la Four Loko. 
Capture d’écran TVA Nouvelles
Jean-Pierre et Jimmy Parent, père et frère de Pierre Parent, aimeraient que la population prenne conscience des risques à la consommation de boissons sucrées alcoolisées, comme la Four Loko. 

Dépendance au Four Loko

Pierre Parent avait déjà un organisme vulnérable en raison de son « usage abusif et chronique d’alcool ».

Des proches ont confié aux enquêteurs que celui-ci avait développé une « dépendance » à la Four Loko, ayant une teneur en alcool de 11,9 %, et que sa consommation s’élevait à au moins deux canettes par jour.

La famille de Pierre Parent espère maintenant que son décès motivera d’autres personnes qui vivent une situation similaire à aller chercher de l’aide.

« Si ça peut sauver seulement une personne de ces maudites canettes-là. Il y a encore des boissons alcoolisées sucrées sur les tablettes », fait valoir Jimmy Parent, le frère de la victime.

« Pierre devait penser qu’il pouvait s’arranger seul avec ça. Mais il faut que les gens prennent leçon de ce qu’il lui est arrivé », témoigne Jean-Pierre Parent, son père.

PH-Facebook
Photo Antoine Lacroix

« Méconnu »

Le coroner espère que le message de prévention sera entendu par tout le monde, « autant les jeunes que les moins jeunes qui peuvent boire cette boisson ».

« Ce qui semble méconnu du public est que la consommation simultanée d’alcool avec la caféine ou certains médicaments peut avoir un effet néfaste, voire fatal, comme en témoigne le décès de M. Parent », fait M. Garneau.

Le coroner émet deux recommandations dans son rapport. Il demande notamment au ministère de la Santé de sensibiliser le public à cette problématique et souhaite que Santé Canada émette des avis publics sur le sujet.