/news/politics
Navigation

Réplique à Charest sur l’économie: «les gens veulent entendre parler d’autres choses aussi»

Réplique à Charest sur l’économie: «les gens veulent entendre parler d’autres choses aussi»
Dominick Gravel/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Philippe Couillard a balayé les critiques de Jean Charest envers son ancienne formation politique lors de l’investiture du candidat libéral dans Nelligan mardi.

Lundi, l’ex-premier ministre libéral avait critiqué le nouveau slogan libéral – Pour faciliter la vie des Québécois – sur les ondes de BLVD 102,1, reprochant à Philippe Couillard d’avoir abandonné la marque de commerce du PLQ, qui a longtemps été l’économie. Invité à l’émission de son ex-collègue Nathalie Normandeau, M. Charest a aussi écorché l’équipe libérale pour avoir improvisé l’éviction de François Ouimet dans Marquette au profit de l’ex-hockeyeur Enrico Ciccone.

M. Couillard a été questionné sur cette sortie mardi. Il s’était déplacé à Pierrefonds, dans l’ouest de l’île de Montréal, pour annoncer la candidature de Monsef Derraji, président du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec.

«Si nous pouvons maintenant parler aux gens de leur vie et rendre leur vie meilleure, c’est que nous avons posé les bons gestes sur les finances publiques et l’économie [...] Mais les gens veulent entendre parler d’autres choses aussi», a-t-il dit.

«[Les gens] veulent savoir qu’est-ce que vous avez à proposer pour rendre ma vie plus simple, moins compliquée, avec moins d’obstacles inutiles dans mon trajet quotidien, aves les enfants, avec le travail, avec l’école. Et c’est ce dont on va parler», a ajouté M. Couillard.

M. Couillard a précisé que M. Charest avait le droit de s’exprimer à titre de citoyen et ne croit pas que cette sortie, pourtant inhabituelle pour un ancien dirigeant du PLQ, soit le symptôme d’un déclin du parti.

«Maintenant la chicane»

M. Couillard s’est aussi moqué du nouveau slogan de la CAQ, qui se résume à «Maintenant». Selon lui, le slogan qui représente ses adversaires caquistes serait plutôt «maintenant la chicane.»

«La chicane avec les médecins, avec les immigrants, avec le fédéral, avec les Premières Nations, avec les régions sur l’éolien», a-t-il énuméré.

Dans une autre conférence de presse qui se tenait le même jour, le chef de la CAQ François Legault a de son côté rappelé que le PLQ avait aussi un «gros catalogue de chicanes à l'interne». Il faisait ainsi référence à l'éviction du député François Ouimet, controversée au sein même des troupes libérales.