/news/currentevents
Navigation

L’ADN du chien n’est pas en cause, selon des experts

La bête qui a mordu deux enfants est majoritairement un bulldog

Le chien qui a mordu deux enfants et blessé quatre autres personnes dimanche sera euthanasié au plus tard le 31 août.
Photo courtoisie Le chien qui a mordu deux enfants et blessé quatre autres personnes dimanche sera euthanasié au plus tard le 31 août.

Coup d'oeil sur cet article

Les tests d’ADN effectués sur le chien qui a mordu deux enfants à Montréal-Nord dimanche dernier ne sont que peu révélateurs du comportement de l’animal, estiment des experts.

• À lire aussi: Montréal-Nord: la police veut garder le pitbull en vie

Le test réalisé par la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) Montréal, et transmis à la Ville vendredi, indique que seulement 20 % de l’ADN du chien appartient au type pitbull. Le chien, qui devrait être euthanasié dans les prochains jours, relève principalement de la race bulldog dans une proportion de 37 à 74 %.

« Scientifiquement, il n’y a pas de corrélation connue ou établie entre la race ou le pourcentage d’une race et la dangerosité d’un animal. Nous ne sommes pas en mesure de faire ce lien-là », a réagi la Dre Caroline Kilsdonk, présidente de l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec.

« Ça démontre que tout type de chien peut devenir agressif. Même s’il avait eu 90 % d’ADN de pitbull, on n’aurait rien pu conclure », ajoute Michel Pepin, vétérinaire et responsable des communications à l’Association des médecins vétérinaires du Québec. Il ajoute que l’identification de la race est difficile à faire.

La Dre Kilsdonk dit que parfois la génétique, et non l’ADN, peut expliquer certains comportements agressifs, tout en considérant la socialisation, les maladies et l’éducation de la bête.

Environnement

« Tous ces facteurs peuvent avoir une influence. Quelle information tire-t-on d’un test d’ADN ? Pas grand-chose », admet-elle.

Le contexte ayant mené aux morsures des deux enfants âgés de 4 et 7 ans dimanche, tous deux blessés sérieusement, devrait plutôt être étudié, ajoutent d’autres experts canins.

« Le chien venait tout juste de changer d’environnement et de propriétaire. Il était stressé, avec des enfants, laissé sans surveillance. C’est la situation parfaite pour que se produise un tel accident », fait valoir Simonne Raffa, propriétaire de l’école de dressage De Main de Maître.

Des signes

« On devient agressif en fonction de notre environnement et notre culture, ajoute Sylvain Duchesneau, expert canin. Le chien devait garder une muselière parce qu’il avait déjà mordu, et si en plus les gens ne connaissaient pas le chien, c’est sûr que c’était une situation pour avoir un accident. »

Les propriétaires de chiens auraient avantage à regarder les signes avant-coureurs de l’agressivité, soutient le Dr Pepin.

Par exemple, dit-il, un chien qui résiste au contact physique de ses propriétaires ou qui grogne si on lui enlève son os est à surveiller.