/news/currentevents
Navigation

Lourde peine pour un Québécois à Ottawa

Sa cocaïne était vendue sur le marché ontarien

Coup d'oeil sur cet article

Un trafiquant de Blainville a été condamné à 10 ans de pénitencier, mercredi à Ottawa, pour avoir alimenté le marché de la drogue dans la région de la capitale fédérale.

Michel Pedneault, 54 ans, jouait un « rôle important » au sein d’un réseau qui a écoulé plusieurs kilogrammes de cocaïne à Ottawa et dans plusieurs villes de l’est ontarien entre 2012 et 2013, a souligné le juge Ron Laliberté, qui l’avait déclaré coupable de complot et de trafic de cocaïne au terme de son procès, plus tôt cet été.

Surnommé « Ped » ou « Gogo », il était l’un des principaux grossistes de cette organisation liée aux Hells Angels qui s’approvisionnait à Montréal et dans les Laurentides.

Des « filles » à passer

Lors du projet d’enquête baptisé Adélaïde, la Police provinciale de l’Ontario avait réussi à intercepter des messages textes en langage codé dans lesquels Pedneault avisait ses complices qu’il avait « des filles à 85 à passer ».

Le trafiquant voulait alors dire qu’il avait mis la main sur des kilos de cocaïne d’un degré de pureté de 85 % et qu’il était prêt à les refiler au réseau, avait témoigné un enquêteur de l’OPP devant le tribunal.

La police avait recruté un trafiquant — qui était alors sur l’aide sociale — et ami de longue date de l’Ontarien David Bullen, considéré comme le leader du réseau, pour infiltrer cette organisation.

Lors d’une rencontre dans un hôtel du centre-ville de Montréal, la taupe avait notamment négocié l’achat d’un kilo de coke à 45 000 $ avec Bullen et le trafiquant Michel « Frenchie » Côté, 58 ans, un résident des Laurentides qui a été condamné à 12 ans dans cette affaire.

Poursuite policière

Le 16 octobre 2013, Michel Pedneault avait pris la clé des champs en réalisant qu’une perquisition était en cours à son domicile. Il était alors parvenu à semer les policiers au terme d’une poursuite à haute vitesse sur une distance de plus de 8 km.

Sa cavale a toutefois pris fin à Mont­réal, en février 2016, quand des policiers du SPVM l’ont épinglé en possession de stupéfiants.

Michel Pedneault doit d’ailleurs être escorté au palais de justice de Montréal le mois prochain afin de recevoir une peine additionnelle pour sa conduite dangereuse lors de cette poursuite policière.