/news/green
Navigation

Un adolescent découvre une rare couleuvre

Atteint de TDAH, il est doué pour le nom des espèces

Le jeune Mathis Paquet, 14 ans, est entouré de sa sœur Sandrine Paquet, de sa mère Stéphanie Paquin ainsi que de son beau-père Martin Laflamme.
Photo Dave Parent Le jeune Mathis Paquet, 14 ans, est entouré de sa sœur Sandrine Paquet, de sa mère Stéphanie Paquin ainsi que de son beau-père Martin Laflamme.

Coup d'oeil sur cet article

LORRAINE | Un adolescent vivant avec le syndrome Gilles de la Tourette et un TDAH a une capacité d’apprentissage hors du commun qui fait de lui une véritable encyclopédie dans le domaine de la biologie, ce qui lui a permis de découvrir la présence d’une espèce rare de couleuvre dans sa ville.

Mathis Paquet a trouvé une couleuvre brune dans un boisé près de chez lui à Lorraine, dans les Laurentides.

La couleuvre brune que Mathis Paquet a conservée avant de la relâcher.
Photo courtoisie
La couleuvre brune que Mathis Paquet a conservée avant de la relâcher.

Alors qu’il était en forêt pour faire de l’observation d’insectes, comme il le fait souvent, l’adolescent de 14 ans a aperçu le reptile susceptible d’être désigné espèce menacée ou vulnérable par le ministère de la Faune.

« J’arrive pour soulever une bûche et je vois la couleuvre, je l’ai tout de suite reconnue. Je suis surpris de ma découverte. Je l’ai attrapée avec mes mains, ce n’est pas agressif, je l’ai gardée pour prendre des photos et je l’ai relâchée », explique Mathis.

Un passionné

Mathis a contacté sa ville pour signaler la présence de la couleuvre brune qu’on trouve surtout à Montréal. La Ville de Lorraine lui a conseillé de remplir un formulaire de l’atlas des amphibiens et reptiles du Québec afin d’aider le ministère de la Faune à garder une trace des endroits où elle a été observée.

Les passions de l’adolescent sont nombreuses. Il dévore tout ce qui concerne les automobiles, la mécanique, le dessin, les reptiles et les insectes. Il dévore tout ce qui s’écrit sur ces sujets.

« Les insectes me fascinent particulièrement par leur diversité, leur comportement. On les trouve partout, ils sont adaptés à toutes sortes de milieux. Ils me fascinent depuis que je peux marcher pour aller les voir », dit-il en exagérant à peine.

Ses parents ont rapidement compris qu’ils avaient mis au monde un enfant surdoué.

Déjà à 3 ans...

« À 3 ans, il savait plus de 100 noms de dinosaures. Il avait un langage très précoce et un vocabulaire incroyable. Il a commencé l’école un an plus tôt parce qu’à trois ans, il savait lire », raconte avec fierté Stéphanie Paquin, la mère de Mathis.