/lifestyle/psycho
Navigation

Sortir de sa zone de confort

man jumping on mountain
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelque chose d’inquiétant à l’idée de sortir de sa zone de confort. Pourquoi sortirais-je d’un état de confort ? Parce que c’est la seule façon d’avancer, de faire évoluer ses projets, de réaliser ses rêves. Allons voir ça d’un peu plus près.

1. Qu’est-ce que la zone de confort ? On pense tout de suite à un bon fauteuil confortable. Pourtant, la zone de confort est en réalité tout ce qui nous est habituel : nos routines, nos attitudes, nos connaissances, nos qualifications. C’est autant ce qui est agréable que désagréable. Être pris dans le trafic, quand c’est ce qu’on vit tous les matins, se trouve dans notre zone de confort. Faire le même travail répétitif, même si c’est ennuyeux, se situe dans notre zone de confort. S’engueuler avec son amoureux, si c’est fréquent, est aussi « confortable ». C’est du connu !

2. Sortir de cette zone. Quand la vie vient mettre sur notre chemin un événement inhabituel, un changement ou un problème, on se retrouve hors de sa zone de confort. Autre possibilité : on sort de sa zone par choix. Par exemple, on part en voyage visiter un pays qu’on ne connaît pas, on commence de nouvelles études ou un apprentissage. Dès qu’on va vers l’inconnu ou qu’on s’y retrouve par les hasards de la vie, on se trouve une nouvelle zone.

3. Aimer l’inconfort. En réalité, l’inconfort fait partie de la vie. Un peu comme le stress, il est presque tout le temps là. Une seule solution s’impose donc pour vivre bien avec l’inconfort : apprendre à l’aimer. Il s’agit de tirer du plaisir de nos problèmes et des situations inhabituelles, étranges, surprenantes, inconnues.

4. Répéter ou apprendre ? En fait, certains psychologues qui s’intéressent à la zone de confort suggèrent ce petit exercice. Tracez deux cercles : un central et un plus grand qui l’entoure. Dans le cercle central, écrivez ce qui vous est familier et ce qui est rassurant ; dans le plus grand, écrivez ce que vous aimeriez apprendre et connaître pour réaliser certains de vos rêves.

5. Les gens qui nous entourent. Évidemment, les gens qui vous aiment tel que vous êtes ne seront pas tentés de vous encourager à sortir de votre zone de confort. En particulier ceux qui préfèrent le confort feront en sorte de vous éloigner de votre zone d’exploration ou d’apprentissage : « Surtout, ne rentre pas trop tard. » Il ne faut pas toujours les écouter.

6. L’envie d’évoluer. Quand on s’intéresse au plus grand cercle, l’avantage est qu’on bouge, qu’on évolue, qu’on cherche des solutions à divers ennuis. Parfois même, on trouve ! C’est ce cercle qui donne une direction à nos rêves et à nos buts.