/finance/business
Navigation

Une start-up née à Montréal recueille 85 millions $ US

Coup d'oeil sur cet article

Une entreprise fondée par des Québécois qui loue des appartements sur des plateformes comme Airbnb et Expedia vient de récolter 85 millions $ US auprès d’investisseurs établis aux États-Unis.

Sonder offre environ 2200 appartements à louer dans 11 villes du monde, dont 220 à Montréal.

L’entreprise n’est pas propriétaire des logements, mais assure elle-même leur entretien et le service aux clients. Le concept allie le confort d’une maison à la prévisibilité d’un hôtel.

100 millions $ US

Fondée en 2012 à Montréal par Francis Davidson Tanguay et Lucas Pellan sous le nom de Flatbook, l’entreprise enregistrait des revenus d’un million de dollars à peine deux ans plus tard. Cette année, elle devrait franchir la barre des 100 millions $ US.

« Dans 20 ou 30 ans, les gens vont repenser aux chambres mal aérées et plutôt chères des hôtels des centres-villes et se dire “je ne peux pas croire que c’était comme ça” », a lancé M. Davidson Tanguay, 25 ans, au magazine Forbes, plus tôt cette semaine.

En 2015, la Banque de développement du Canada et le fonds Real Ventures, tous deux de Montréal, ont été parmi les tout premiers à investir dans Sonder. Cela n’a toutefois pas empêché l’entreprise de déménager son siège social à San Francisco, où habitent désormais MM. Davidson et Pellan.

Réglementation

À l’instar d’autres acteurs de la nouvelle économie, Sonder a du mal à suivre les lois et règlements existants. Au Québec, l’entreprise perçoit les taxes et les remet aux gouvernements.

En revanche, tous les appartements de Sonder ne détiennent pas l’attestation de résidence de tourisme requise par Québec, comme c’est souvent le cas pour les logements inscrits sur Airbnb. De plus, certains appartements de Sonder sont situés dans des secteurs de Montréal où la location à court terme est interdite.

« Sonder a toujours fonctionné de façon légale à Montréal et continuera de le faire », a néanmoins déclaré au Journal un porte-parole, Mason Harrison.

Notons qu’à New York et à San Francisco, Sonder impose un séjour minimum de 30 nuits pour se conformer aux règles locales.

Depuis 2017, l’entreprise est inscrite au registre des lobbyistes du Québec. Elle demande au gouvernement de modifier les règles sur l’hébergement touristique afin notamment de permettre « la location à court terme des logements occupés par des étudiants hors de la période scolaire ».

Avec l’investissement de 85 millions $ US annoncé cette semaine, qui a été fait par la firme Greenoaks Capital de San Francisco, Sonder a reçu 135 millions $ US jusqu’à maintenant.