/news/currentevents
Navigation

Derniers vestiges de l’hippodrome

Coup d'oeil sur cet article

Les structures de l’hippodrome de Montréal vivent leurs heures finales au son des derniers coups de pics des démolisseurs. Sur ce site de 43 hectares, il ne reste à peine que le squelette de béton des estrades de cette institution qui a tenu en haleine plusieurs générations venues faire leurs meilleures gageures entre 1872 et 2008

Deux jours auparavant, la première partie du toit était mise par terre.
Photo courtoisie
Deux jours auparavant, la première partie du toit était mise par terre.
Il n’aura fallu que quelques secondes pour que la structure s’effondre dans un nuage de poussière.
Photo courtoisie
Il n’aura fallu que quelques secondes pour que la structure s’effondre dans un nuage de poussière.

Après avoir détruit les écuries et la piste de course au cours des derniers mois, les démolisseurs s’affairaient vendredi à mettre à terre le toit rouge métallique des estrades où s’installaient les spectateurs. Trois grues reliées à des câbles ont tiré la structure, qui s’est écroulée en à peine quelques secondes.

Les grues des démolisseurs doivent gruger chaque parcelle de la structure de béton pour réussir à la réduire complètement en poussière.
Photo Chantal Poirier
Les grues des démolisseurs doivent gruger chaque parcelle de la structure de béton pour réussir à la réduire complètement en poussière.

À travers le terrain situé près du boulevard Décarie, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce, des montagnes de pierre, vestiges des immenses bâtiments qui ont accueilli tant d’amateurs de paris et de chevaux pendant 102 ans, attendent leur seconde vie. Tous les matériaux, dont l’aluminium, le fer, l’acier et la brique seront recyclés ou encore revendus à d’autres projets de construction.

Tous les matériaux du chantier seront recyclés ou vendus à d’autres entrepreneurs.
Photo Chantal Poirier
Tous les matériaux du chantier seront recyclés ou vendus à d’autres entrepreneurs.

Sans-abri

Avant de commencer le travail, il y a quelques mois, les démolisseurs ont fait le tour des immeubles laissés à l’abandon depuis maintenant une dizaine d’années. Tout le matériel de l’hippodrome, connu sous le nom de Blue Bonnets, était encore en place, se souvient Stéphane Beaudoin, agent de prévention en santé et sécurité sur le chantier : téléviseurs, chaises, tables, etc.

Les démolisseurs ont trouvé beaucoup de matériel abandonné entre les murs de l’hippodrome Blue Bonnets, dont un divan et une couchette appartenant à un itinérant qui y avait élu domicile depuis cinq ans.
Photo courtoisie
Les démolisseurs ont trouvé beaucoup de matériel abandonné entre les murs de l’hippodrome Blue Bonnets, dont un divan et une couchette appartenant à un itinérant qui y avait élu domicile depuis cinq ans.

Plusieurs itinérants avaient élu domicile entre les murs abandonnés. Des jouets pour enfants leur appartenant ont d’ailleurs été retrouvés sur les lieux ainsi que plusieurs centaines de seringues. Un homme y habitait même depuis cinq ans et avait installé son divan et sa couchette.


♦ La Ville de Montréal a l’intention de construire 8000 logements sur ce site d’environ 4 millions de pieds carrés.