/news/currentevents
Navigation

Montréal perdra-t-il son Triathlon ?

Patrice Brunet
Photo AFP, Mario Beauregard Patrice Brunet, président et chef de direction de l'ITU Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le Triathlon de Montréal sera présenté lors du week-end des 29 et 30 juin, en 2019, mais sans un apport financier supplémentaire de la part du gouvernement canadien, il pourrait bien s’agir de la dernière édition.

«Nous avons un manque à gagner de 400 000 $ chaque année», a déclaré Patrice Brunet, président et chef de direction de l’ITU Montréal.

«Nous sommes sous-financés par le gouvernement du Canada, qui (...) n’atteint pas le niveau qui est nécessaire pour assurer la pérennité de l’événement.»

«C’est une question très importante, a poursuivi M. Brunet, qui permettra de savoir si on peut poursuivre au-delà de 2019, parce que pour l’instant ça ne peut pas fonctionner. L’ITU [Fédération internationale de triathlon] et Triathlon Canada veulent conserver Montréal au calendrier, mais ils nous disent que si l’événement n’est pas financièrement viable, ils vont aller ailleurs.»

C’est un organisme à but non lucratif (OSBNL) qui gère le Triathlon de Montréal avec un budget de 3 millions $. M. Brunet n’a pas révélé quel montant l’événement obtenait annuellement d’Ottawa.

«Quand est capable de livrer un événement de cette envergure, qui reçoit beaucoup d’éloges, il faut que certains se réveillent parce qu’on ne sera pas capable de les garder ici.»

«J’ai eu des discussions très sérieuses avec l’ITU et ils m’ont demandé de régler la situation financière de l’événement, sinon il n’existera plus. Il nous faut qu’on nous donne les moyens de livre un événement de calibre mondial.»

Rayonnement international

Les images tournées dans le Vieux-Port de Montréal sont diffusées auprès de 35 millions de personnes dans le monde. Outre, la compétition présentée dans le centre-ville de Hambourg, en Allemagne, Montréal est le seul autre endroit qui offre un cachet aussi particulier.

«C’est un succès à tous les niveaux, a indiqué Brunet. C’est une activité touristique qui est importante. C’est une belle visibilité pour Montréal, le Québec et le Canada. Sportivement, on accueille les meilleurs au monde, mais aussi les athlètes amateurs. On fait la promotion de la santé et de l’activité physique.»