/news/transports
Navigation

Des spectacles d’humour dans un bus pris dans le trafic

Un festival sera présenté pour réclamer des voies réservées sur l’autoroute 15

Festival Comédie express
Photo Pierre-Paul Poulin De gauche à droite: Sylvie Surprenant, la mairesse de Sainte-Thérèse, Richard Perreault, le maire de Blainville, et Marlène Cordato, la mairesse de Boisbriand, réclament des voies réservées sur l’autoroute 15 dans les Basses-Laurentides..

Coup d'oeil sur cet article

Tannés d’attendre depuis plus d’une décennie la mise en place de voies réservées sur l’autoroute 15, des maires des Basses-Laurentides ont décidé d’attirer l’attention des partis politiques en lançant un festival d’humour à bord d’un autobus.

« Cela fait 13 ans qu’on demande ces voies réservées, et trois études de faisabilité ont déjà été menées. La situation est tellement ridicule qu’on a le goût d’en rire », lâche Richard Perreault, maire de Blainville et préfet de la MRC Thérèse-De Blainville.

Avec les six autres maires de la MRC ainsi que ceux de Laval et Mirabel, il lance à la rentrée le festival Comédie express des voies réservées.

Cet événement éphémère verra cinq humoristes de la relève se partager une scène inusitée dans un autobus loué pour l’occasion, qui partira de la gare de Sainte-Thérèse à 7 h 30 pour se rendre à la station de métro Montmorency à Laval.

Que ceux qui veulent y assister se rassurent, ils auront droit à un vrai spectacle puisqu’il faut près d’une heure pour faire ce trajet de 16 km en période de pointe.

Passer le temps

« L’idée est de faire passer le temps plus vite aux passagers, comme ce serait le cas avec des voies réservées », indique la mairesse de Boisbriand, Marlène Cordato.

« Je suis certaine que plusieurs des blagues tourneront autour des problèmes de congestion, ajoute la mairesse. Il vaut mieux en rire qu’en pleurer. »

Les élus de la MRC demandent aux partis provinciaux de s’engager dès le prochain mandat à réaliser des voies réservées qui s’étendraient sur 20 km dans les deux sens de l’A15 entre le pont Gédéon-Ouimet, à l’entrée de Laval, et la jonction avec l’autoroute 50 à Mirabel.

« Cela fait des années qu’on nous dit que ce projet est une priorité, mais rien ne se fait. On ne comprend pas », se désole M. Perreault.

Le plus incompréhensible pour les élus, c’est que cette demande soulagerait à peu de frais la vie des 170 000 résidents de la MRC, de ceux qui habitent plus au nord et même des Lavallois et Montréalais qui vont dans les Laurentides.

Urgence

« Ça coûterait 140 millions $, donc rien à voir avec les milliards du REM [train du Réseau express métropolitain ] ou de la ligne rose [métro à Montréal] », insiste Sylvie Surprenant, mairesse de Sainte-Thérèse.

Celle-ci ajoute qu’il y a urgence d’agir puisque la population du secteur est celle qui croît le plus vite au Québec. Elle rappelle aussi que la suspension en 2020 du service sur la ligne de train de Deux-Montagnes créera un afflux d’autos sur les routes du nord de la couronne.

« Et là, ce ne sera pas drôle pour personne », dit-elle.


►Les spectacles seront présentés du 10 au 14 septembre. Plus de détails sur Facebook.

Les cinq humoristes du festival

Coco Belliveau
Photo courtoisie
Coco Belliveau
Jérémie Larouche
Photo courtoisie
Jérémie Larouche
Arnaud Soly
Photo courtoisie
Arnaud Soly
Dave Morgan
Photo courtoisie
Dave Morgan

20 km de voies réservées réclamés