/elections
Navigation

Legault veut économiser 1,2 milliard avec son plan de lutte contre le gaspillage

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – François Legault a dévoilé son plan de lutte contre le gaspillage: des économies de 1,2 milliard de dollars et 5000 postes de fonctionnaire coupés, mais il se défend de réduire la taille de l’État puisqu’il veut réinvestir dans les services.

«Il y a 5000 postes sur 500 000, donc 1 %, qui peuvent être éliminés sans toucher aux services. Au contraire, même, ça permettrait de donner des services de façon plus efficace, puisqu’on laisserait plus de latitude à ceux qui sont proches de ceux qui consomment ces services», a dit le chef caquiste mardi lors d’un point de presse à Québec.

En 2014, il comptait plutôt sabrer 20 000 emplois dans le secteur public. «Il n’y a pas de personnes qui vont perdre leur poste. Ce sont juste des postes qui ne seront pas remplacés. Je pense aussi qu’on a mis un petit peu d’eau dans notre vin. On parle de 5000 postes, comparativement aux 20 000 postes qu’on visait en 2014. Donc, je pense que c’est tout à fait raisonnable», a-t-il lancé.

Son candidat Youri Chassin, un économiste qui travaillait à l’Institut économique de Montréal, a ajouté qu’il ne s’agirait pas d’une réduction de la taille de l’État. «Ce n’est pas tant une réduction de la taille de l’État qu’une suppression de postes par attrition. Et là, évidemment, M. Legault l’a dit, c’est une question d’épargner les services et même de les bonifier. Autrement dit, ce n’est pas une question de taille, mais de qualité de service», a dit M. Chassin.

Il n’y aura pas une diminution nette de 5000 employés du secteur public, car M. Legault veut continuer d’embaucher dans les catégories d’emploi qui «donnent des services» aux citoyens. Il veut plutôt éliminer des fonctionnaires qui «font des rapports sur des rapports».

Le plan de François Legault se base sur deux éléments. Il souhaite éliminer 5000 postes administratifs par attrition pour économiser, à terme, 380 M$. Il croit aussi pouvoir économiser 800 M$ d’ici quatre ans en réduisant de 10 % le coût d’approvisionnement des biens et services du gouvernement, et en regroupant les services de technologies de l’information, par exemple. Sur quatre ans, le Trésor québécois économiserait donc 1,18 milliard de dollars.