/24m
Navigation

Pourquoi fait-il si froid dans l’avion ?

Bloc avion
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les compagnies aériennes complotent-elles pour nous vendre des couvertures à 10 $ ? Ce petit commerce leur profite sûrement, mais n’explique pas pourquoi elles frigorifient la cabine. Des raisons médicales justifient cette pratique qui tempère efficacement le mal de l’air.

Une étude de l’organisation ASTM International l’a démontré en 2008 : une température ambiante plutôt basse pour les passagers d’un grand avion aide à prévenir toutes sortes d’incidents. Moins de difficulté respiratoire et d’évanouissements à la suite d’un déficit d’oxygène (hypoxie). Moins de cas de nausée ou de sentiment d’étouffement. Le «froid» dont je parle ici correspond environ à une température normale dans un bureau. Le passager qui s’est habitué à un climat tropical ressent toutefois intensément cette fraîcheur.

Les transporteurs n’ont pas attendu l’étude de l’ASTM pour refroidir leurs passagers ; celle-ci a probablement propagé la pratique encore davantage. Autre hypothèse personnelle : la quasi-disparition des «sacs à vomi» au cours des 25 dernières années s’explique peut-être autant par cette nouvelle fraîcheur en cabine que par la stabilité accrue des aéronefs.

Couvrir ou déshabiller

«L’équipage qui contrôle le thermostat se réchauffe en bougeant, alors que les passagers demeurent immobiles», m’explique une agente de bord (dont je tais l’identité ainsi que celle de sa compagnie). «La température idéale, dit-elle, pour accommoder tout le monde n’existe pas. L’un a froid. L’autre a chaud.»

Dans la pratique, le passager qui se plaint d’avoir trop chaud l’emporte sur celui qui a froid ; on peut toujours couvrir celui qui grelotte, mais on ne peut pas dire à l’autre de se déshabiller... « J’ai cru remarquer qu’il fait légèrement plus froid dans les sièges situés près des portes, mais c’est une impression personnelle », ajoute-t-elle.

L’effet pingouin

Le journal britannique The Telegraph rapporte l’exposé d’un expert du constructeur aéronautique Airbus à un comité de la Chambre des lords, qui rappelle ce que j’appelle l’«effet pingouin», soit le réchauffement par l’agglutination des corps. «La chaleur dégagée par les passagers dans une cabine complètement occupée s’avère considérable, explique Airbus. L’air entrant doit être à une température égale ou plus basse que celle désirée si l’on veut la maintenir.»

Ne sous-estimons pas cet «effet pingouin» dans une cabine fermée. Même dehors l’hiver une foule de gens réunis modifie la température. Par exemple, une équipe de MétéoMédia a déjà calculé une différence de 9 degrés entre la piste de danse de l’Igloofest (-4 degrés) et l’entrée de l’évènement (-13 degrés).