/news/transports
Navigation

Paroisse de Disraeli : les résidents sommés de dégager l’emprise ferroviaire

voie ferrée ferroviaire train
Photo Agence QMI, Joel Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Des citoyens de la Paroisse de Disraeli ont été sommés par Transports Québec de déplacer leurs installations en bordure de l’ancienne voie ferrée d’ici la fin septembre.

La plupart de ces installations sont là depuis des dizaines d’années.

Propriétaire de 284 kilomètres d’emprise ferroviaire depuis 2007, le ministère demande aux résidents de dégager la voie d’une trentaine de mètres (100 pieds) de largeur. Garages, cabanons, quais : tout doit être retiré.

«Je sais que je ne suis pas chez nous, mais ça fait 30 ans que mon cabanon est installé ici et je n’ai jamais eu de problème. J’ai souvent tenté d’acheter ou de louer le bout de terrain, mais je n’ai jamais pu, a raconté Gaston Pouliot. J’ai toujours entretenu ce terrain-là. J’ai mis de l’argent et de l’énergie.»

Dans la lettre du ministère, on peut lire que les municipalités de la Paroisse de Disraeli et de Saint-Joseph-de-Coleraine deviendront locataires de ce corridor ferroviaire en vue d’y installer des projets récréotouristiques. La mairesse de la Paroisse de Disraeli, Jacynthe Patry, évoque la possibilité d’y aménager une piste cyclable.

«Ce n’est pas à notre demande, ce sont les règles du ministère. Ces citoyens-là ont bénéficié d’un endroit qui ne leur appartient pas. C’était toléré, mais ce ne le sera plus», a expliqué Mme Patry.

De leur côté, les citoyens demandent un peu de souplesse.

«Est-ce qu’on peut s’assoir et trouver un terrain d’entente? Nous n’avons rien contre le projet de piste cyclable, au contraire. Mais on pense que c’est possible de cohabiter», a dit Marc Desrochers.