/elections
Navigation

Propos islamophobes: après Muguette Paillé, Lisée se débarrasse d’un autre candidat

L'ex-candidat du Parti québécois dans Drummond–Bois-Francs Pierre Marcotte a été expulsé par le chef du PQ en raison de commentaires islamophobes émis sur les réseaux sociaux.
Photo Facebook L'ex-candidat du Parti québécois dans Drummond–Bois-Francs Pierre Marcotte a été expulsé par le chef du PQ en raison de commentaires islamophobes émis sur les réseaux sociaux.

Coup d'oeil sur cet article

NICOLET – Après Muguette Paillé, Jean-François Lisée se débarrasse d’un autre candidat péquiste qui a tenu des propos islamophobes.

Investi depuis le 21 août dans la circonscription de Drummond-Bois-Francs sous la bannière du Parti québécois, Pierre Marcotte devait inaugurer son local électoral mercredi soir.

Mais des publications sur les réseaux sociaux à caractère islamophobes ont changé les plans.

Pierre Marcotte serait membre du groupe identitaire La Meute depuis 2015 et ne serait pas indifférent aux idées du Front national (qui a changé de nom depuis) de Marine Le Pen, selon ce qu'a rapporté le militant anti-islamophobe Xavier Camus.

Forcer les musulmans à manger du bacon

« L’islam est dangereux. Point. Il faut interdire cette religion comme on interdit les pitbulls», a-t-il également publié en 2015 sur sa page Facebook.

Plus encore, Pierre Marcotte croit qu’on devrait forcer les musulmans qui veulent s’établir au Québec à manger «quelques tranches de bacon» avant d’entrer au pays.

Lisée choqué

«Dégoutant», a lancé Jean-François Lisée, lorsqu’il a été questionné mercredi sur la nature des déclarations de l’aspirant-député.

Le chef péquiste s’est également dit très «choqué» que son organisation n’ait pas procédé plus tôt à des vérifications.

«Ce Monsieur ne sera pas candidat du PQ, il ne représente pas les valeurs du PQ, a-t-il insisté. Nous sommes en désaccord fondamental avec certaines de ses opinions, certains de ses écrits, nous considérons que l’Islam est une religion aussi respectable que les autres, c’est la radicalité de franges religieuses qui pose problème, ce n’est pas la religion elle-même, on a toujours été extrêmement clair là-dessus».

Les relationnistes péquistes ont tenu à préciser à notre Bureau parlementaire que selon les statuts du parti, Pierre Marcotte n’était pas «officiellement» candidat puisque que le conseil exécutif de la circonscription de Drummond-Bois-Francs ne s’était pas encore réuni pour entériner le tout.