/elections
Navigation

Insinuation de pédophilie: un blogueur met le PQ et la candidate Michelle Blanc en demeure

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Le blogueur Xavier Camus met en demeure de se rétracter le Parti québécois et sa candidate péquiste Michelle Blanc, qui a insinué qu’il était pédophile sur les réseaux sociaux.

L’aspirante-députée de la circonscription de Mercier a 24h pour «se rétracter, s’excuser et rectifier publiquement les faits comme faux et sans fondement». Le PQ, aussi visé par une mise en demeure, doit «enjoindre (sa) candidate de se rétracter et de s’excuser en tant que parti».

Xavier Camus, qui est professeur de philosophie au Cégep, estime que la formation politique dirigée par Jean-François Lisée, en «excusant et en minimisant les propos de sa candidate, cautionne ceux-ci», a-t-il précisé à notre Bureau parlementaire.

Irritée par le blogueur, Michelle Blanc a répliqué la nuit dernière.

«Camus est un fromage qui pue de ses amalgames douteux et de sa fixation malsaine sur moi. Et vous êtes tout aussi douteux de reprendre ces conneries. Aimez-vous vous aussi les petites filles de 15 ans? C'est le genre de conneries qu'on raconte aussi à son propos...», a-t-elle gazouillé.

Jeudi matin, la candidate péquiste de Mercier s’est expliquée. «Je regrette d'avoir utilisé les mêmes tactiques au conditionnel qu'un certain Camus. Il était tard et ce n'est pas mon habitude d'aller aussi bas que lui dans des insinuations», a-t-elle écrit.

Xavier Camus réclame des excuses formelles. «Ce qu’elle a fait ce matin, ce n’était pas clair, elle laisse encore planer un doute. La question de la pédophilie, c’est vraiment quelque chose qui va traîner avec toi comme un boulet toute ta vie, en plus je suis enseignant, c’est vraiment épouvantable, c’est des accusations très très graves, elle prend ça à la légère, vraiment !», s’est-t-il désolé.

En envoyant une copie de la mise en demeure au PQ, le blogueur veut voir si la formation politique cautionne le geste de l’aspirante-députée.

«Elle est en pleine campagne électorale, lorsqu’on s’adresse à elle en privé, il y a même parfois un responsable des communications qui répond pour elle. Qui a écrit ce tweet là ? Est-ce que c’est une commande ?», s’interroge M. Camus. Il rappelle que ses recherches sont à l’origine du désistement de deux candidats péquistes, Muguette Paillé et Pierre Marcotte, qui avaient tous deux tenus par le passé des propos islamophobes et qui ont été congédié par le PQ.

«Alors là on se venge contre moi en laissant entendre que je serais pédophile, attiré par des mineurs ? Ce qui est évidemment tout à fait faux, à la fois physiquement et en pensées. On peut consulter mon dossier judiciaire, je n’ai jamais été accusé de rien, je n’ai jamais eu de procès, en fait, c’est la première fois que je voyais des avocats de ma vie», a-t-il insisté.

L’enseignant de philosophie se questionne sur les motifs de ce dérapage. «Elle a dit qu’il était tard le soir... 22h20, 22h30, donc quoi, elle avait des facultés affaiblies ? À partir de 22h elle écrit n’importe quoi ?»

Jeudi matin, Jean-François Lisée a passé l’éponge sur les propos de sa candidate, prétextant «l’erreur». Aux yeux du chef péquiste, les «excuses» de Michelle Blanc sont suffisantes. Il a ajouté du même souffle que sa candidate est la cible d’insultes incessantes sur les réseaux sociaux.

«De tous nos candidats et candidates, c’est probablement celle qui est la cible de plus d’insultes. Hier soir, elle a commis une erreur, elle a répondu. Elle sait que c’est une erreur, elle est très fâchée contre elle-même. On apprend, en politique», a soutenu jeudi M. Lisée en marge d’une annonce sur le télétravail à Montréal.

«On est tous humains»

«On est tous humains, on a tous un moment où notre presto peut sauter, mais il faut avoir un contrôle de soi encore plus fort lorsqu’on est candidat à une élection, candidat qui est observé, a-t-il dit, pressé de questions par les journalistes. Des fois, ça vous tente d’écrire sur Twitter, retenez-vous, pis surtout, si c’est le soir, attendez au lendemain!»

La veille, Jean-François Lisée a attaqué de front son adversaire caquiste François Legault sur le thème de l’intégrité. Selon lui, en passant l’éponge sur le cas du député sortant Éric Caire, qui a accepté un prêt de 55 000 $ du maire Émile Loranger, François Legault a perdu toute crédibilité en matière d'éthique.