/finance/business
Navigation

La Davie prévoit licencier 400 travailleurs

L’absence de contrats fait mal au chantier maritime

Coup d'oeil sur cet article

En raison d’un manque de contrats, le chantier Davie de Lévis prévoit licencier 400 autres travailleurs dès le 7 septembre, a appris Le Journal.

Un document interne du chantier maritime indique que des mises à pied massives et définitives sont devenues incontournables pour la Davie au cours des prochains jours.

« Le manque de contrats substantiels à notre carnet de commandes et l’attente d’une réelle volonté politique du gouvernement fédéral de nous accorder des contrats dans le cadre de la Stratégie nationale d’approvisionnement navale nous empêchent d’offrir un sursis de licenciement », soutient la haute direction du chantier Davie dans une lettre envoyée au ministère du Travail et à Emploi-Québec.

« Ce sont des travailleurs qui n’auront plus de liens d’emploi avec nous. C’est une véritable perte d’expertise pour notre chantier », a indiqué une source bien au fait du dossier à la Davie.

Le chantier Davie livrera au cours des prochaines semaines le deuxième et dernier navire à la Société des traversiers du Québec (STQ).

Le navire-passeur Jos-Deschênes II pour la traverse Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine doit être livré d’ici la fin septembre.

Le contrat de 610 millions $ accordé in extremis le 10 août dernier par le fédéral pour la conversion de trois brise-glaces de la Garde côtière canadienne devrait procurer du travail à une centaine de travailleurs au cours des prochains mois.

Il faut dire que la majorité des 610 millions $ de ce contrat a servi à acquérir les navires en Europe qui seront convertis en brise-glaces au chantier maritime de Lévis.

On est donc loin des 1500 travailleurs que le chantier maritime comptait dans ses rangs il y a à peine huit mois.

Le contrat du CTMA en renfort ?

Tout pourrait changer pour le chantier Davie si le gouvernement du Québec décidait de lui octroyer directement le contrat de construction du nouveau navire CTMA Vacancier, qui assure la liaison entre les Îles-de-la-Madeleine et Montréal.

Le gouvernement Couillard a plutôt prévu d’aller à l’international pour ce contrat.

Selon les chiffres véhiculés, la construction du CTMA Vacancier représenterait pour la Davie la création de 600 emplois directs au chantier et au moins 1000 emplois indirects au Québec.

– Avec Philippe Orfali