/news/society
Navigation

Le pot testé sur les éducatrices des CPE

Les centres de la petite enfance assurent qu’ils seront vigilants pour la sécurité des enfants

Maryse Mailhot, directrice du CPE Rose des Vents, à Blainville, sur la Rive-Nord de Montréal, est photographiée avec son petit-fils Nathan.
Photo collaboration spéciale, Stéphane Sinclair Maryse Mailhot, directrice du CPE Rose des Vents, à Blainville, sur la Rive-Nord de Montréal, est photographiée avec son petit-fils Nathan.

Coup d'oeil sur cet article

Les centres de la petite enfance du Québec pourront tester les éducatrices qu’ils soupçonnent d’avoir consommé du pot afin de protéger les enfants.

Les CPE du Québec sont en train de former leurs employés afin qu’ils soient en mesure de reconnaître si une collègue, un parent ou même un enfant se présente sous l’effet du cannabis.

À compter de la légalisation, le 17 octobre, si la direction d’un CPE croit qu’un employé a consommé, elle pourra exiger un test capillaire, d’urine ou d’haleine.

« Le plus simple sera un test d’urine et l’envoi de l’échantillon dans un laboratoire », explique Maryse Mailhot, directrice du CPE Rose des Vents, à Blainville.

Elle ajoute qu’un refus pourrait signifier un congédiement de l’employé. Par contre, si le test est positif, la mise à pied ne sera pas automatique.

« Les tests peuvent détecter la présence du THC, la substance psychoactive du cannabis, près de deux semaines après sa consommation », dit-elle.

Cette dernière admet qu’à ce stade, ils sont un peu dans le brouillard. L’Association des cadres en CPE analyse ce qu’ils pourront faire si une éducatrice échoue au test. Pour l’instant, ces mesures ont surtout pour but de dissuader les éducatrices.

Les employés des CPE sont également formés afin de pouvoir reconnaître si un parent vient porter ou chercher son enfant sous l’effet du pot.

« On apprend à déceler des signes, comme les yeux rouges, le flot de la parole, la coordination, l’hilarité, l’euphorie ou encore l’appétit démesuré », explique Mme Mailhot.

Les parents soupçonnés d’être sous l’effet du cannabis pourraient faire face à une dénonciation à la DPJ ou à la police, si le parent est au volant de sa voiture, par exemple.

Aussi les enfants

« On veut aussi pouvoir savoir si des enfants en auraient consommé accidentellement puisque la drogue se présente sous plusieurs formes », explique Maryse Mailhot. Le pot sous forme de bonbons ou de chocolats ne sera pas légal le 17 octobre, mais il est quand même possible de s’en procurer assez facilement par la poste, comme l’a démontré un article du Journal.

L’Association des cadres en CPE travaille sur ce projet depuis l’élection du gouvernement Trudeau, en 2015.

« Nous savions que cela s’en venait et il n’était pas question de rester les bras croisés », dit Isabelle Palardy, directrice générale de l’ACCPE, qui regroupe 50 % des cadres des 979 CPE au Québec.

Le président du syndicat Santé et Services sociaux à la CSN veut collaborer avec les patrons.

« C’est important que les enfants soient en sécurité et que les autres employés le soient aussi. C’est comme avec l’alcool. On va néanmoins demander à l’employeur de nous aider à aider l’employé aux prises avec une dépendance », a conclu Jeff Degley, président de la santé et des services sociaux à la CSN.