/news/society
Navigation

Ils respectent une promesse à leur collègue

Trois policiers de Longueuil vont reconduire à la maternelle les jumeaux d’un confrère décédé il y a quatre ans

Coup d'oeil sur cet article

Trois policiers du Service de police de l’agglomération de Longueuil ont accompagné cette semaine les deux jeunes fils de leur ami et collègue, emporté par le cancer en 2014, à leur première journée d’école.

Les jumeaux Tristan et William n’avaient qu’un an et demi lorsque leur père, le sergent-détective Sébastien Glaude, est mort d’un cancer des os. Le policier de 33 ans, que ses collègues surnommaient « Superman », avait alors fait part de ses dernières volontés à ses amis et coéquipiers avant de s’éteindre.

« Sébastien voulait qu’on se souvienne de lui, et, plus que tout, il voulait que ses fils se souviennent de leur père policier, évoque le sergent-détective Yannick Bissonnette. Il nous a alors fait promettre d’aller reconduire ses enfants à leur première journée d’école, lorsqu’ils auraient l’âge. »

À l’école

 

C’est ainsi que quatre ans plus tard, le jour de la rentrée scolaire, M. Bissonnette, Dominic Ahier et Philippe Tessier se sont présentés avec leurs véhicules des forces de l’ordre au domicile de la conjointe de feu Sébastien Glaude afin de venir chercher les deux jumeaux non identiques, désormais âgés de 5 ans.

Les garçons sont donc arrivés à l’école en grande pompe, à leur plus grand bonheur.

« Ils étaient tous deux très excités. Ce n’est pas tous les jours que l’on arrive à l’école en voiture de police, alors ils bombaient leurs petits torses », décrit M. Bissonnette.

Émouvant

Pour les trois amis du défunt, il s’agissait d’un moment à la signification très particulière.

« C’est un événement très émouvant, mais également très positif, ajoute le sergent-détective de 45 ans au nom de ses collègues. On espère qu’il nous regarde de là-haut en ce moment. »

Ils arborent d’ailleurs tous trois un tatouage du « S » de Superman accompagné du chiffre 11572, le matricule de leur compagnon décédé, sur leur avant-bras.

Une épinglette similaire se retrouvait également accrochée à leur uniforme pour l’événement.