/elections
Navigation

La CAQ s’engage à étendre partout l’accès à internet haute vitesse

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault
Photo Stevens LeBlanc Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | S’il est élu, François Legault promet d’investir 400 M$ pour que toutes les régions du Québec aient une couverture internet haute vitesse ainsi qu’une couverture cellulaire large bande d’ici 2022.

«Au siècle dernier, il fallait amener l’électricité partout. Aujourd’hui, c’est internet. C’est une urgence de le faire», a lancé François Legault lors d’un point de presse à Saguenay.

Les autres partis promettent aussi d’accélérer la construction d’infrastructures de télécommunications en régions éloignées. Dans sa mise à jour économique de 2017, le gouvernement Couillard annonçait d’ailleurs 300 M$ sur cinq ans pour répondre à ce besoin.

Le chef caquiste estime toutefois que les libéraux «se traînent les pieds» et que la question aurait dû être réglée depuis longtemps. Il allègue également que le gouvernement Couillard a mal négocié avec de entreprises privées qui s’en seraient mise pleins les poches avec ce programme de subvention. «Les libéraux, ce n’est pas les meilleurs négociateurs, ils ont dans certains cas donné des contrats très  avantageux à des entreprises privées», a-t-il dit, sans précisé l'identité des entreprises en question.

M. Legault croit qu'il ferait mieux. Premièrement, il veut forcer les entreprises privées comme Bell, Telus et Vidéotron à signer une entente qui les forces à offrir un prix comparable aux grands centres urbains si elles ont bénéficié d’un programme de subvention.

Il veut ensuite laisser aux communautés le choix du modèle d’affaires. «Dans ce genre de projet, le fédéral paye le tiers, et le gouvernement du Québec paie l’autre tiers. Cette somme sert à construire le tuyau principal. Le dernier tiers sert à raccorder les maisons, et là il y a deux choix», explique-t-il.

Les MRC pourront si elles le désirent s’occuper elles-mêmes de cette portion et empocher les profits. Sinon, un gouvernement Legault procéderait par appel d’offres. «On demande, vous avez besoin de combien pour me garantir que vos prix ne seront pas plus élevés qu’en ville. Et il faut s’assurer qu’il y a trois ou quatre entreprises pour ne pas se faire avoir», a-t-il ajouté.