/misc
Navigation

Prête, pas prête?

Gertrude Bourdon et Gaétan Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Gertrude Bourdon a eu une carrière exceptionnelle dans le système  de santé. On ne peut pas en dire autant de son entrée en politique. Sa première semaine en tant que candidate pose de sérieuses questions sur ses compétences politiques,  encore plus sur sa capacité à exercer la responsabilité de ministre de la Santé. 
 
Les entrevues et les points de presse de Bourdon sont devenus des évènements surréalistes qui rappellent les meilleurs moments de Sam Hamad.  Une série de déclarations toutes plus étranges les unes que les autres discréditent à tous les jours comme un supplice de la goutte la campagne des libéraux. 
 
Florilège : 
 
« J’aime magasiner. »
 
« Je savais de toute façon que si je faisais le saut en politique, je voulais marquer l'histoire. »
 
« On m’a servi, presque, mes postes sur un plateau d’argent. »
 
« Je suis lente. »
 
« Je ne changerais rien à la réforme Barette. »
 
« Elle n’était pas aussi humaine que la mienne sera (en parlant de la réforme Barette). »
 
« Je ne fais pas de réforme, ça c’est une annonce. »
 
« J’ai pas le temps de commencer à analyser (en parlant de l’entente avec les médecins spécialistes). »
 
« Je fais quelque chose d’un peu trop noble et ça peut déranger. »
 
« Je vais avoir réussi à tasser Gaétan. »
 
 
Alors Gertrude Bourdon : prête ou pas prête?