/portemonnaie/lifestyle
Navigation

Voyager loin avec ses enfants sans (trop) dépenser

Voyager loin avec ses enfants sans (trop) dépenser

Coup d'oeil sur cet article

Salut,

Ça l’air que les voyages forment la jeunesse, mais ça te forge la patience des parents solidement aussi.

Ne reculant devant rien, j’ai trimballé mes enfants jusqu’en Europe cet été. Ben oui, fou de même!

Puisque j’ai survécu à cette épopée - Veni, vidi, vici comme disait l’autre - je vais vous partager mes plus précieux conseils.

LA BASE

Évidemment, une préparation minutieuse s’impose avant le départ. Établir un budget et essayer, tant bien que mal, de le respecter est vital!

LE TRANSPORT

Si comme moi, vous préférez l’avion à la nage, vous aurez une bonne partie du budget à investir dans l’achat de billets. Je recommande fortement de vous y prendre d’avance. On a acheté les nôtres 5 mois avant le départ. Ça peut paraître contraignant de s’engager si tôt, mais ça en vaut le coût.

Sur place, vous voudrez sans doute vous déplacer. En tout cas, je vous le souhaite.

Deux options s’offrent à vous :

  • Louez un véhicule et chérissez la liberté que cela confère en vous faisant bercer au doux son des «on arrive-tu Papa?!?».
  • Transformez-vous en expert logistique du transport de tous genres : train, autobus, bateau, métro, montgolfière.

Puisque la gestion des déplacements avec des enfants est plus difficile que de fonder une religion, j’opterais pour la première.

Prévoyez donc près de 1200 $ pour deux semaines. Pensez au gaz et au poste de péage, environ 30 $ par jour.

Si vous conduisez manuel, c’est vraiment moins cher. Mais si vous êtes habitué au pilotage automatique, vaut mieux payer l’extra parce que ce n’est clairement pas à Paris que vous voulez apprendre à manier un levier de vitesse.

LES REPAS

Bon, là, y’a deux écoles de pensée.

Ceux qui ne vivent qu’au restaurant et ceux qui sont plus «faiseux» de lunch.

J’aime beaucoup me la couler douce au resto, mais trois fois par jour pendant deux semaines, ça écorche un portefeuille sur un joli temps.

De tout manière, aller faire l’épicerie en France, c’est l’fun. Plein de beaux produits à des prix vraiment dérisoires. Et si vous avez l’occasion d’aller dans les marchés, les producteurs vous les vendent encore moins cher et vous font découvrir des produits que vous ne verrez pas en épicerie.

Comme manger est nécessaire en voyage — même si vous n’êtes pas en voyage, il est fortement recommandé de manger — planifiez facilement un 20 à 30 $ par jour par personne, sans l’alcool.

Si vos enfants boivent de l’alcool, révisez votre budget à la hausse. Si vous achetez votre boisson en magasin, vous réaliserez que les prix sont ABSURDES. Une bouteille qui se vend 15 $ à la SAQ va se vendre pour environ 3 euros (soit 4,50 $) là-bas. Attention de ne pas trop vous virer les skis devant vos enfants... c’pas chic chic.

Et si vous voulez manger au restaurant, allez-y pour des terrasses sur les places publiques. Ça permet aux enfants d’aller gigoter un peu autour.

L’HÉBERGEMENT

C’est le gros morceau onéreux.

Y’a l’option des auberges de jeunesse qui permettent d’avoir une chambre familiale pour environ 100 euros (150 $) par jour et fournissent cuisinette et frigo. Comme les hôtels sont à peu près tous hors de prix, je vous recommande d’y aller avec Airbnb. J’ai trouvé des logements pouvant accueillir facilement 5 personnes pour moins de 80 $ par nuit et c’est souvent plus charmant qu’une auberge de jeunesse.

Sinon, c’est beaucoup plus long, mais faites des recherches via vos contacts, cherchez à savoir si des amis d’amis ont des appartements à prêter ou des petits chalets en région. Que ce soit en France, en Espagne, en Belgique, etc.

Les frontières sont tellement près les unes les autres. L’espace Schengen vous permet de vous promener entre les pays sans même que vous vous rendiez compte que vous êtes ailleurs, c’est tout simple.

Évidemment, si votre souhait est d’être continuellement dans les grandes villes, ce sera plus cher. C’est inévitable. Rien n’empêche de s’installer un peu plus loin et d’aller faire votre tour en ville.

LES ACTIVITÉS

Soyez judicieux dans vos choix d’activité pour y trouver votre compte autant qu’eux. Les enfants n’ont pas une capacité d’attention illimitée. Si vous voulez faire la visite complète de Versailles, il est fort possible qu’après une heure ou deux, vos cocos se tannent et vous demandent des souvenirs ridicules comme un buste de Marie-Antoinette.

Essayez de les impliquer dans vos choix, mon truc est de proposer deux ou trois activités que j’ai envie de faire. Ça leur donne l’impression de choisir. Si c’est plate, vous pouvez leur mettre ça sur le dos.

LES SOUVENIRS

Les enfants aiment ça les maudites bagosses de boutique souvenir. Vous moins.

Établissez avec eux un montant avant de partir. Soyez cheap, ils n’en seront que plus sélectifs et vous vous retrouverez avec moins de bibelots insignifiants à jeter dans deux ans.

Ça leur donne une notion de l’argent et leur montre à quel point c’est facile de dépenser et ardu de réfléchir avant de faire un achat. Ça évite beaucoup de petites chicanes de « non, tu ne peux pas avoir le canif qui brille dans le noir écrit "I love Paris" dessus», parce que c’est laid sans bon sens.

Au final, le vrai souvenir, c’est d’avoir été ailleurs avec vos enfants.

Si ça vous fait peur, commencez par des distances moins importantes : allez au dépanneur par exemple, dormez là et voyez comment ça se passe.

Bonne chance!

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux