/misc
Navigation

La tournée d'adieu du PQ

La tournée d'adieu du PQ
Photo Stevens LeBlanc, Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

La nostalgie est à la mode. Jean-François Lisée l’a compris. Il mène une campagne qui s’inspire du bon vieux temps. 
 
La tournée du PQ donne parfois l’impression d’assister au spectacle hommage d’un groupe de rock des années 60.  Il n’est pas étonnant que les journalistes l’aient baptisée le « magical mystery tour ». 
 
Figé dans les années 60 et 70
 
D’entrée de jeu, le PQ a débuté l’élection avec une campagne publicitaire qui copie les blagues des cabarets d’antan. 
 
Son autobus, bariolé de couleurs psychédéliques, évoque les  Westphalia prisés par les hippies. Les journalistes ne se sont pas trompés en lui attribuant le surnom de « Yellow Submarine ». 
 
Cette semaine, Jean-Martin Aussant chantait en compagnie de Claude Dubois « Gens du pays » dans la plus pure tradition des grands rassemblements indépendantistes des années 70.  
 
Le retour au passé s’impose même jusqu’au thème et aux engagements de campagne.  L’État fort et les promesses  socialisantes comme les lunchs offerts par le gouvernement évoquent le fond gauchiste qui dominait le PQ à sa création en 1968.
 
Rêver au passé ou préparer le futur?
 
Certes, tout le monde aime se rappeler les souvenirs de sa jeunesse. La tournée « le retour de nos idoles » avec Michel Louvain, Patrick Zabbé et Paolo Noël joue sur le même registre nostalgique. On peut cependant se demander si c’est efficace en campagne électorale. 
 
La stratégie de campagne du PQ parle sans aucun doute aux plus fidèles militants, pour la plupart nés avant 1960, mais n’attire plus les jeunes comme le montre le sondage de cette semaine.
 
Une campagne électorale est l’occasion de se tourner vers l’avenir et de proposer de nouveaux projets de société. Le PQ nous ramène plutôt dans le passé.  
 
Malheureusement pour Lisée, il ne suffit pas de redécorer une maison pour éviter que les fondations ne s’écroulent. 
 
Oui, la campagne du PQ est sympathique. Est-ce suffisant pour prétendre former le prochain gouvernement?
 
Sérieusement?