/lifestyle/family
Navigation

Le défi d’élever des garçons

Les hauts et les bas de la vie de maman, racontés avec franchise et autodérision

Le défi d’élever des garçons
Illustration Nathalie Samson

Coup d'oeil sur cet article

Mon premier humain préféré est haut comme trois pommes. Le deuxième est encore bien au chaud dans mon ventre, du moins pour quelques semaines. Le premier teste les limites de ma patience autant qu’il sait faire fondre mon cœur d’un simple regard rieur. L’autre se laisse désirer à grands coups de pied dans les côtes et de pression sur ma pauvre vessie.

Ils sont mes garçons. Mon cœur. Mon univers.

Lorsque j’ai appris que nous serions parents de non pas un, mais de deux garçons, j’ai littéralement explosé de bonheur ! Être maman de garçons est un badge que je porte fièrement. Rien de moins que la plus belle, la plus grande histoire d’amour de ma vie.

Une responsabilité

Élevée par ma mère dans un monde de Barbie, de pouliches et de robes de princesse, j’ai toujours été conditionnée à élever des filles. Rien ne laissait présager que je saurais un jour gérer autant de petits mecs dans une même maison. Et pourtant.

En vrai, c’est beau, c’est doux, mais je flippe un peu chaque fois que je songe à la responsabilité qui vient avec le fait d’avoir des gars. Aussi formidable que terrifiant, élever des garçons implique de créer les hommes de demain. Des hommes brillants, performants peut-être, mais surtout conscients, empathiques et aimants. Serai-je à la hauteur ? Seul l’avenir le dira.

Après le tsunami #MeToo, je sens plus que jamais que j’ai pour mission de leur apprendre le respect, le consentement, la valeur des filles et des femmes qu’ils côtoieront.

Lorsque j’observe mon premier et que j’imagine le deuxième, je vois des minimoi impatients, émotifs, rêveurs. Je vois leur papa, calme et rassurant. Un homme fort et sensible, respectueux surtout. Des femmes, entre autres. Et ça me rend heureuse. Heureuse d’être en mesure d’offrir à mes petits un modèle de relation forte et saine, aussi imparfaite puisse-elle être. Une base solide pour l’avenir. Du moins, je l’espère.

Les hommes de demain

Un jour, mes petits seront grands, ils quitteront le nid familial et je devrai trouver une nouvelle façon d’être leur maman ; une nouvelle façon d’être présente, de les accompagner, les guider. Chose certaine, je serai toujours là. Ils le sauront à travers mes gestes, mes pensées et mes mots et par mon amour inconditionnel et profond.

En attendant, je veux leur enseigner tellement de choses. Je veux leur apprendre les femmes et les fleurs, comment être doux, respectueux. Je veux leur apprendre l’importance de l’échec et des grandes émotions. Je veux leur apprendre la résilience en étant leur meilleur exemple. Je veux leur apprendre à cuisiner et à faire le lavage. Je veux qu’ils apprennent à rivaliser sans se comparer. Je veux qu’ils voient les gens pour ce qu’ils sont, à l’intérieur. Je veux leur apprendre à être présents, pour eux et pour les autres.

Je veux leur apprendre à devenir de grands hommes.