/news/currentevents
Navigation

Un chef de gang est pincé avec de la drogue en prison

Coup d'oeil sur cet article

Un présumé chef de gang de rue montréalais devra faire face à la justice après s’être fait prendre avec du pot et des comprimés de speed en prison.

L’influent Gregory Woolley a été accusé plus tôt ce mois-ci de possession de méthamphétamine et de cannabis dans le but d’en faire le trafic, a appris Le Journal.

Au parloir à Bordeaux

Les infractions reprochées auraient été commises le 2 janvier dernier à la prison centenaire de Montréal communément appelée Bordeaux, où Woolley est détenu provisoirement en attendant d’être jugé pour d’autres accusations qui pèsent déjà contre lui.

Selon nos informations, l’homme de 46 ans aurait été surpris par des agents correctionnels lors d’une transaction de drogue avec un visiteur, au parloir de la prison.

Après avoir saisi les stupéfiants, les autorités carcérales ont ensuite fait appel aux policiers de la Sûreté du Québec pour faire enquête et soumettre un dossier au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Un procureur a finalement autorisé le dépôt de deux chefs d’accusation le 6 août dernier.

Club-école des Hells

Gregory Woolley est en détention préventive depuis plus de deux ans, relativement à une autre affaire judiciaire.

Les faits allégués dans cette cause pendante sont frappés d’une ordonnance de non-publication.

D’après Le Livre noir des Hells Angels, Woolley demeure à ce jour « le seul Noir à avoir été admis dans la grande famille » de cette bande de motards criminels au Québec.

En 1998, en pleine guerre des motards contre les Rock Machine, cet ex-garde du corps de Maurice « Mom » Boucher avait reçu sa veste de membre en règle des Rockers, le club-école du chapitre d’élite Nomads des Hells.

La même année, sous la recommandation de l’ancien chef des Hells, Woolley avait fondé les Syndicates, un gang de rue associé en affaires avec les motards et dont la devise est Do or Die.

Les Rockers, tout comme le chapitre Nomads des Hells, ont été dissous après l’opération policière Printemps 2001, au cours de laquelle Woolley avait été arrêté puis condamné à une longue peine de pénitencier pour gangstérisme et trafic de drogues.