/elections
Navigation

Les patrons policiers au ballotage si la CAQ est élue

Le patron de l'UPAC, Robert Lafrenière
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Le patron de l'UPAC, Robert Lafrenière

Coup d'oeil sur cet article

VAUDREUIL-DORION | Les postes des grands patrons de l’Unité permanente anticorruption, de la Sûreté du Québec et du Service de police de la Ville de Montréal seront réévalués si la CAQ est élue, confirme François Legault.

«Robert Lafrenière [commissaire de l’UPAC] n’a pas été nommé par un vote du deux tiers, ça ne veut pas dire que ça le disqualifie. Ça veut dire qu’il va falloir revoir les façons de faire. Son poste sera réévalué comme les autres, le directeur de la SQ et le directeur SPVM», a affirmé le chef caquiste dimanche en marge d’une annonce sur l’accessibilité aux soins de santé.

La veille, lors d’une entrevue à TVA Nouvelles, le candidat caquiste et ancien porte-parole du SPVM avait lancé le bal an indiquant qu’il réévaluerait la nomination du grand patron de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) Robert Lafrenière. M. Lafrenière disait souhaiter que «ce soient les bonnes personnes pour les bons postes».

M. Legault fait toutefois la promesse que les prochaines nominations des patrons de l’UPAC, de la SQ et du SPVM seront avalisées par l’obtention des deux tiers des votes à l’Assemblée nationale. Il a d’ailleurs lancé une flèche au chef libéral Philippe Couillard: «il veut que ce soit les libéraux qui nomment le directeur de l’UPAC», a-t-il déploré.

Il n’est pas rare qu’un gouvernement nouvellement élu place des personnes de confiance aux postes de direction de corps policiers. En 2014, le gouvernement Couillard avait dégommé le DG de la SQ Mario Laprise pour nommer Martin Prud’homme. La ministre de la Sécurité publique de l’époque, Lise Thériault, soutenait qu’il avait été choisi à la suite d’un nouveau processus de nomination où un comité de sélection remettait trois noms à la ministre.

En 2012, les libéraux accusaient eux-mêmes le gouvernement Marois nouvellement élu d’avoir fait une nomination partisane en congédiant l’ancien directeur pour nommer M. Laprise.