/misc
Navigation

Pourquoi le covoiturage tient la route

Pourquoi le covoiturage tient la route
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Monsieur Martineau, en réponse à votre chronique intitulée Une idée qui ne tient pas la route, nous aimerions vous rassurer en ce qui a trait à notre programme de covoiturage.

Vous savez sans doute qu’une des priorités les plus urgentes des Québécois, et plus particulièrement des gens habitant la grande région de Montréal, est de trouver une solution à la congestion routière.

En effet,

  • les gens perdent en moyenne 76 heures par année dans les bouchons.
  • cette congestion représente une perte économique d’au moins 2 milliards de dollars... et ce chiffre ne cesse de croître.

Or, à l’heure de pointe matinale, on retrouve environ 25 millions de sièges vides dans les véhicules du Québec, dont 15 millions dans la seule grande région de Montréal.

Avec l’aide d’experts en mobilité, nous avons déterminé qu’il était tout à fait envisageable de viser une augmentation du ratio de personnes par véhicule à l’heure de pointe matinale. D’ici 2025, notre objectif est de le faire passer de 1,2 à 1,4.

Ce seul programme enlèvera environ 110 000 véhicules des routes du grand Montréal; cela représente une diminution de 7% de la congestion et une réduction annuelle des GES d’environ 160 000 tonnes!

Le «Tinder» du covoiturage

Rassurez-vous, le gouvernement ne créera pas une application. Il va plutôt collaborer avec les entreprises privées qui en conçoivent, afin de déterminer les paramètres d’accès au programme. L’État offrira tout simplement une porte d’entrée vers leurs applications.

Ces entreprises ont d’ailleurs développé une expertise pointue qui leur permet déjà de déterminer, grâce à la géolocalisation, si (pour citer vos exemples):

  • l’automobiliste a bel et bien pris le passager avec lui;
  • Julien et Juliette sont (ou pas) à bord du même véhicule;
  • un pirate informatique veut faire croire qu’il fait du covoiturage, alors que ce n’est pas le cas.

Partout dans le monde, le covoiturage s’avère une des manières les plus efficaces de diminuer la congestion routière et les émissions de GES par dollar investi. De plus, ainsi, nous redonnerons le Fonds vert aux Québécois, qui pourront obtenir un montant annuel allant jusqu’à 1600$. Ce sera bon pour leur portefeuille, la décongestion routière ET la lutte contre les changements climatiques.

Ce faisant, le Parti Québécois mettra le Québec au diapason des pays les plus avancés au monde en matière de mobilité durable.

– Daniel Breton, candidat du Parti québécois dans Saint-Hyacinthe