/finance/business
Navigation

L’audacieuse expansion de Skyspa

Après des années difficiles, l’entreprise de détente vise l’ensemble du Canada

Patrick Rake
Photo Alexandre Moranville-Ouellet Patrick Rake, président du Groupe Skyspa, est l’initiateur du projet de station thermale du Mont-Saint-Bruno, en Montérégie.

Coup d'oeil sur cet article

Le Groupe Skyspa entreprendra en octobre la construction de ce qui pourrait bien devenir le plus grand centre thermal du Canada au pied du Mont-Saint-Bruno en Montérégie, première étape d’un plan d’expansion pancanadien.

Cette première phase du projet, d’une valeur de 12 M$, visera à rendre une partie du futur complexe thermal opérationnelle pour le 15 juillet 2019.

Le projet complet, pour lequel les dates sont toujours indéterminées, occupera quant à lui une superficie de 14,1 acres et comprendra un hôtel en plus de nombreux bassins et spas. Son coût s’élèvera à 50 M$.

« Nous avons décidé de commencer par une première section afin de rendre le site opérationnel le plus tôt possible, justifie Patrick Rake, président du Groupe Skyspa. Nous y grefferons ensuite le reste des installations, partie par partie. »

Au Canada

Ce n’est pas tout. L’entrepreneur de 52 ans prévoit également ouvrir de nombreux complexes Skyspa urbains, et ce, partout au Canada.

« Les deux complexes actuels du quartier Dix30 et de Québec connaissent énormément de succès et nous avons présentement toute l’expérience et l’expertise pour en répliquer dans d’autres villes », explique M. Rake.

Il ajoute d’ailleurs être déjà en négociation avec les municipalités de Montréal, Laval et Ottawa, afin d’y construire d’autres stations.

« Si tout va bien, nous allons ajouter un Skyspa par année dans différentes villes canadiennes jusqu’à atteindre la Colombie-Britannique », affirme-t-il, enthousiaste.

Une longue aventure

Bien que l’avenir semble aujourd’hui sourire à l’entreprise de détente, Patrick Rake confie que cela n’a pas toujours été le cas.

Avant l’ouverture de son premier spa, le Spa Nordic de Magog, l’entrepreneur originaire de Boucherville s’était buté à deux revers en 18 mois : ses projets prévus à Bromont et au Vieux-Port de Montréal étaient tombés l’un après l’autre.

Les années « 2002 et 2003 furent difficiles, raconte Patrick Rake. Et lorsque j’ai finalement ouvert le complexe de Magog en 2004, je me devais de le faire rouler presque tout seul. C’était complètement fou. »

Ce souvenir de ses années de travail en solitaire lui fait encore plus apprécier, selon lui, l’équipe qu’il a rassemblée depuis maintenant deux ans au siège social situé à Boucherville.

« J’ai maintenant les équipiers parfaits pour régler les tâches administratives afin de pouvoir me concentrer à temps plein sur mon objectif principal, le développement de l’entreprise », se réjouit-il.

La compagnie

  • Ouverture du premier spa en 2004 à Magog
  • Domaine d’affaires : Spa et détente
  • Actionnaires : Patrick Rake
  • Nombre d’employés : 225 maintenant, 325 prévus après l’ouverture de la station Thermale Saint-Bruno