/news/society
Navigation

Les Canadiens en faveur d'un bannissement des armes de poing

Pistolet
Photo Archives

Coup d'oeil sur cet article

Plus de la moitié des Canadiens sont en faveur d'une interdiction de la vente d'armes de poing au grand public, montre un sondage réalisé par Nanos Survey pour le compte de CTV News.

Le coup de sonde dévoilé lundi montre que 48 % des Canadiens sont en faveur d'interdire la possession de pistolets, tandis que 19 % des répondants se sont dit plutôt en accord avec la mesure. À l'opposé du spectre, 21 % des répondants ont affirmé être complètement contre cette mesure, tandis que 10 % s'y opposent en partie.

Ce sont les Québécois qui sont les plus désireux de voir disparaître les armes de poing de l'espace public, alors que 77,4 % des répondants de la Belle Province affirment être d'accord ou en partie d'accord avec la mesure. Les femmes (75 %) sont aussi plus enclines que les hommes (59 %) à appuyer un bannissement des pistolets.

Par ailleurs, quatre Canadiens sur cinq ont soutenu que les récentes fusillades de masse survenues au pays n'ont rien changé vis-à-vis de leur volonté de fréquenter des endroits publics achalandés.

Ce coup de sonde survient alors que différentes villes canadiennes, incluant Toronto et Montréal, ont demandé ces dernières semaines au gouvernement fédéral d'interdire la vente d'armes de poing et d'armes d'assaut. Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a réagi en indiquant qu'il étudiera la question.

La ville de Toronto est particulièrement touchée par la violence commise à l'aide d'armes à feu cette année. Entre autres, un tireur a semé la terreur à la fin juillet en ouvrant le feu sur des passants et clients de restaurants dans le quartier grec, faisant deux morts et 13 blessés, avant de s'enlever la vie.

Le sondage a été mené auprès de 1000 Canadiens de 18 ans et plus, du 25 au 27 août. La marge d'erreur est de 3,1 %, 19 fois sur 20.