/portemonnaie/lifestyle
Navigation

Des «conseils» financiers à ne jamais suivre

Des «conseils» financiers à ne jamais suivre
Les Anderson sur Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

On aborde fréquemment les bonnes habitudes à prendre pour gérer ses finances. 

Pour une fois, parlons plutôt des «conseils» à ne jamais suivre.

«Cosigne mon prêt. Ne t’inquiète pas, tu n’auras pas à t’en occuper. Je vais le payer et ça va être bon pour ton dossier de crédit.»

Quand une institution financière demande un cosignataire, c’est parce qu’elle doute de la capacité de l’emprunteur principal de répondre à ses obligations. En bon français, elle veut se «backer» en cas de défaut de paiement ou de faillite. Et le back-up, c’est le cosignataire. 

Je ne dis pas qu’on doit systématiquement refuser d’aider un proche, mais il est impératif de bien comprendre ce qu’implique d’apposer sa signature sur un contrat de financement. 

Quand je travaillais dans le domaine bancaire, j’ai souvent eu la tâche ingrate d’informer des gens qu’ils venaient d’hériter de la dette d’un membre de la famille, d’un ami ou même d’un ex-parti dans la brume. 

«Mais je ne sors plus avec lui depuis 2 ans. Il m’a juré qu’il avait tout remboursé.»

«Je sais bien, mais vous avez signé une entente qui stipule que vous êtes conjointement et solidairement responsables du financement.»

Si les aléas de la vie peuvent effriter les relations, les contrats leur résistent. 

Il peut y avoir des exceptions, mais le financement est normalement rapporté au dossier de crédit du cosignataire. Cela peut entraîner des effets indésirables, comme la hausse du taux d’endettement. 

Au final, la prudence exige de comprendre toutes les clauses du contrat. Si on décide de cosigner un prêt, il est préférable de percevoir ce prêt comme s’il nous appartenait. On doit donc assurer le suivi et être dispos à prendre les paiements sous sa responsabilité advenant que l’emprunteur principal manque à ses obligations.   

«Va chercher le maximum de limite de crédit que tu peux.»

Lorsque l’on nous considère comme un «bon payeur», les émetteurs de cartes de crédit vont offrir la possibilité d’augmenter sa limite. Même si on a l’habitude de tout rembourser chaque mois, il peut être alléchant d’accepter. «T’sais, juste au cas où j’en ai besoin un jour».

On doit faire attention, puisque la spirale de l’endettement est hautement sournoise. Dans un monde qui nous incite constamment à consommer, il est facile de se laisser tenter et de dépenser au-delà de ses moyens.

Pour éviter la pénible migraine de lendemain de veille qui accompagne la surconsommation, vaut mieux garder sa limite de crédit à un montant qui ne dépasse pas ses revenus mensuels. De cette façon, dans le pire des cas, on n’aura qu’à se serrer la ceinture quelques mois pour remettre les soldes à zéro. 

«Tu dois absolument investir dans ça. C’est garanti que tu vas tripler, même quadrupler, ton investissement en un rien de temps!»

En investissement, le rendement vient généralement avec le risque. Grosso modo, cela signifie que plus le potentiel de gains est élevé, plus le potentiel de pertes l’est aussi. On doit donc se méfier de ceux qui promettent avec certitude des profits faramineux. 

Certes, il est normal d’être fasciné par ces histoires de gens qui ont transformé une modeste somme en véritable fortune. On peut penser à ceux qui ont misé sur le Bitcoin à ses débuts ou dans ces petites startups qui ont connu d’impressionnantes croissances. 

Cependant, on entend moins souvent les fâcheuses et beaucoup plus nombreuses histoires d’individus qui ont perdu leurs économies dans des opportunités qui semblaient trop belles pour être vraies.  

Avant d’investir, il est important de faire ses devoirs, d’analyser l’ensemble de l’information disponible et d’agir en fonction de sa tolérance au risque. 

«Une pyramide? Ben non, c’est pas une pyramide.»

Quand une personne doit justifier que «l’opportunité incroyable de devenir RICHE» qu’il présente n’est pas une pyramide, c’est un bon signe que C’EST une pyramide. 

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux