/elections
Navigation

Les aînés de plus en plus endettés

Le nombre de faillites est en forte progression chez les personnes âgées de 65 ans et plus

Coup d'oeil sur cet article

La situation financière des aînés au Québec n’est pas rose, alors que le nombre de faillites a fait un bond de 20 % depuis cinq ans chez les 65 ans et plus.

«Si tout le monde rêve d’une vieillesse à l’abri des soucis financiers, ce n’est pas la réalité de chacun», affirme Eve-Lyne Couturier, chercheuse à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) dans un rapport publié en 2018.

Le taux d’endettement chez les personnes âgées est sans cesse en augmentation, déplore Donald Tremblay, président de l’Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP).

«Ce n’est pas rose, surtout pour les personnes qui vivent uniquement des prestations des régimes publics», dit-il.

Danis Prud’homme, directeur général du Réseau FADOQ, observe aussi une détérioration de la qualité de vie chez les aînés au Québec.

«Quand on fouille les raisons pour lesquelles ils se sont endettés, ce n’est pas pour se payer des vacances au soleil. C’est parce qu’il y a de plus en plus de choses à payer. Les dépenses augmentent. L’État se désengage, donc, les gens ont à payer de plus en plus lorsqu’ils ont des problèmes de santé», témoigne-t-il.

«La liste d’attente dans un CHSLD peut aller au-delà d’un an. Entre-temps, il faut que les gens paient pour les services dont ils ont besoin.»

Repousser l’âge de la retraite

Repousser l’âge de la retraite ne réglera pas la précarité financière des personnes aînées, affirme l’AQRP qui fait partie d’une coalition sans précédent qui regroupe 700 000 aînés déterminés à se faire entendre durant la campagne électorale.

«C’est bien beau de vouloir augmenter ses revenus, mais si on n’a pas la santé ou que les conditions du marché du travail ne nous permettent plus de travailler, on fait quoi?», a ajouté M. Tremblay.

Continuer à travailler au-delà de 65 ans devrait rester un choix et non une obligation, estime-t-il. Compte tenu du vieillissement de la population du Québec, il est primordial, selon la coalition, de placer les aînés au cœur des priorités du gouvernement. C’est pourquoi ils ont établi une liste de 16 revendications comprenant une bonification du crédit d’impôt pour les frais médicaux.

UNE HAUSSE DE 76 %

Les personnes de 65 ans et plus sont plus nombreuses à contracter des dettes. En outre, leur dette moyenne augmente également. Selon l’IRIS, celle-ci a connu une hausse de 76 % de 1999 à 2015, passant de 30 000 $ à près de 55 000 $.

DAVANTAGE DE 85 ANS ET PLUS

Le vieillissement de la population fait en sorte que le nombre de personnes âgées de 85 ans et plus atteindra 560 000 au Québec en 2041 tandis qu’il y avait 150 000 personnes faisant partie de ce groupe d’âge en 2015, selon la FADOQ.

LES 65 À 69 ANS SOUVENT AU TRAVAIL

Les personnes âgées de 65 à 69 ans sont deux fois plus actives sur le marché du travail aujourd’hui qu’elles ne l’étaient en 2002. Une personne sur cinq dans ce groupe d’âge fait partie de la population active, révèle un rapport de l’IRIS.

Ce que les partis proposent

Coalition avenir Québec

«Le projet de loi 149 a été adopté en début d’année pour modifier le Régime de rentes du Québec. [...] Dorénavant, les travailleurs et les employeurs paieront des cotisations plus élevées pour aider leurs futurs retraités [...] Quant à l’âge de la retraite, la CAQ n’a pas l’intention de le repousser.»

Parti québécois

«Étant très sensibles à la précarité de la situation de nombreux aînés, nous annoncerons plusieurs mesures qui auront un impact direct sur leur revenu disponible. Il n’est absolument pas question de hausser l’âge de la retraite. La dernière évaluation actuarielle du RRQ confirme que “les cotisations et les revenus de placement sont suffisants” [...] » 

Parti libéral

«La sécurité financière des personnes à la retraite est au cœur de nos préoccupations [...] Nous allons continuer à mettre en place des mesures concrètes afin d’améliorer la sécurité financière de tous les aînés, tout en nous assurant de maintenir l’équité intergénérationnelle de notre régime.»

Québec solidaire

«Québec solidaire est totalement contre l’idée de repousser l’âge de la retraite. À terme, un gouvernement solidaire ramènera l’âge légal non obligatoire de la retraite à 60 ans, et ce, sans pénalité. [...] Québec solidaire veut bonifier le régime des rentes du Québec. Actuellement, ce programme est trop peu financé [...]»