/elections
Navigation

Alcool au volant: Guy Leclair siégera comme indépendant jusqu’à la fin des procédures judiciaires, précise Lisée

Coup d'oeil sur cet article

LÉVIS | Accusé de conduite avec les facultés affaiblies, Guy Leclair devra siéger comme député indépendant jusqu’à la fin des procédures judiciaires, a décidé Jean-François Lisée. 

«J’espère qu’il va être réélu, c’est un excellent député, mais effectivement, tant qu’on n’aura pas la lumière, il ne siégera pas au caucus», a précisé le chef péquiste mercredi, en marge d’une visite au Chantier naval Davie à Lévis.

M. Lisée se range tout de même derrière la version des faits de Guy Leclair. Formellement accusé mercredi de conduite avec les facultés affaiblies et de refus d’obtempérer à un ordre d’un agent de la paix, le député sortant clame son innocence et conteste la version des policiers.

Le leader souverainiste n’a d’ailleurs pas l’intention de le larguer dès maintenant. Guy Leclair sera le candidat du Parti québécois dans la circonscription de Beauharnois le 1er octobre.

Leclair n'aurait pas soufflé correctement

Le 13 juillet dernier, à 2h40 du matin, un citoyen inquiet du comportement d’un homme au volant de sa voiture qui était en file au service au volant du McDonald de Salaberry-de-Valleyfield a alerté les policiers. Appelé à passer l’alcootest, Guy Leclair aurait soufflé de façon incorrecte à plusieurs reprises dans l’appareil, selon nos informations.

Le député péquiste soutient qu’il a soufflé à deux reprises dans l’ivressomètre, témoin à l’appui. En entrevue à TVA, M. Leclair a admis qu’il avait bu un verre de vin dans la soirée, sans plus.

«Cet homme-là a droit à la présomption d’innocence. S’il a un procès, il a droit à son procès, ce n’était pas dans le cadre de ses fonctions [...] alors, non, je ne céderai pas à la pression qui dit: “Oublie tes principes de justice parce que tu es en campagne électorale"», a martelé Jean-François Lisée.

Le chef péquiste, qui a réclamé hier que le député caquiste Éric Caire mette fin à sa carrière politique pour s’être placé dans une situation de conflit d’intérêts, estime que le cas de Guy Leclair est totalement différent.
Lisée tenu dans l'ignorance

M. Lisée se défend également d’avoir manqué de transparence. «Des gens de mon entourage étaient au courant dans la semaine qui a suivi l’interpellation de M. Leclair. Moi, je l’ai su le 24 août».

M. Lisée a ainsi été tenu dans l’ignorance de l’arrestation du député Leclair pendant plus d’un mois par son parti. 

Le directeur général du PQ, Alain Lupien, a reçu dès le mois de juillet des «informations partielles» sur l’interception du député de Beauharnois par les policiers. La garde rapprochée de Lisée a été mise au courant à la mi-août, mais n’a pas informé le chef tout de suite.

- Avec la collaboration de Stéphane Alarie