/24m/food
Navigation

Restaurants : bon été pour les terrasses

Restaurants : bon été pour les terrasses
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les épisodes de chaleur accablante qui ont affligé Montréal cet été, la météo généralement excellente a permis aux bars et restaurants de profiter d’une saison des terrasses prospère.

Les terrasses de Montréal ont bénéficié d’un fort achalandage cet été, en partie attribuable aux rares précipitations. Certaines ont même eu une saison record.

«Ça a été un été quasiment paradisiaque, résume le gérant de la Terrasse sur l’Auberge, Anthony Uhoda. La terrasse a connu son meilleur été depuis son ouverture il y a plus de six ans.»

Les terrasses Nelligan et Place d’Armes, également situées dans le Vieux-Port et très fréquentées des touristes, ont aussi eu un excellent été.

Même bilan positif du côté du Plateau Mont-Royal.

«On n’a vraiment pas à se plaindre, lance le gérant du bar à vin Rouge Gorge, Éric Paradis. Août a été notre meilleur mois depuis l’ouverture [il y a quatre ans].»

Le vin rosé, ajoute-t-il, a coulé à flots cet été.

À deux pas de là, la rhumerie Barraca a attiré les Montréalais en quête de fraîcheur et de bonne sangria. «On a la chance d’avoir une terrasse plutôt à l’ombre donc elle a eu une très bonne réponse lors des chaleurs», souligne le propriétaire Jean-Philippe Gauthier.

La brasserie artisanale Boswell a aussi eu un fort achalandage tout au long de l’été. Pour satisfaire ses clients et ses cuisiniers, l’équipe fermait les portes lorsque la température dépassait 30 degrés.

Canicules

Certains restaurants et bars ont noté une légère baisse de l’achalandage lors des canicules qui ont affligé Montréal à quelques reprises. Toutefois, cette baisse a généralement été contrebalancée par le fort achalandage des autres journées.

«La canicule affecte un peu les ventes parce que les gens se présentent et boivent juste une bière et restent à l’ombre», explique le gérant de la terrasse St-Ambroise, Jules Dubé-Pache. Il a tout de même précisé que la saison estivale a été très bonne, même lors des semaines de la construction.

«[Pendant les canicules], on avait une baisse entre 14 h et 18 h parce que les gens cherchaient l’ombre, mais aussitôt que le soleil se couchait, c’était le ‘’rush’’ », mentionne le gérant de la terrasse Nelligan, Jason Viau-Breau.

«Durant la canicule, ça a été légèrement moins achalandé, reconnaît le gérant de la terrasse Place d’Armes Rui Ribeiro, mais vu qu’on est au 9e étage, il y a quand même une bonne brise et les gens étaient quand même bien.»

Le pub le Sainte-Elisabeth a pour sa part été victime de sa popularité. «[La canicule], ça ne faisait pas vraiment de différence, indique la gérante Jessica Simard. Tant qu’il fait beau, ma terrasse va toujours être pleine. C’est un beau problème à avoir : je dois souvent refuser les gens sur la terrasse parce qu’elle est pleine.»

Dans Griffintown, le restaurant le Richmond a quant-à-lui noté une importante baisse de son achalandage cet été, mais a pu compter sur des évènements privés et corporatifs pour absorber en partie cette situation.

«Juillet a été particulièrement bas comparé aux autres années, admet la coordonnatrice des évènements Amélie McGarrel. Je pense que la chaleur a été un critère et la construction aussi.»