/news/society
Navigation

Sherbrooke: le manque d’effectif affecte les services à la population

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE – Le manque d’effectif au sein du Service de police de Sherbrooke (SPS) affecte les services à la population, soutient le directeur du corps policier, qui réclame plus de ressources.

Le directeur du SPS, Danny McConnell, s'est adressé aux élus municipaux mardi soir et leur a notamment rappelé que la population a augmenté de 20 %, en quelques années seulement à Sherbrooke. L'indice global de criminalité a aussi augmenté de 3 %, alors que depuis 2003, les effectifs du SPS sont restés les mêmes.

Les conséquences se font sentir sur les services à la population, a martelé le directeur. Le temps de réponse s’allonge pour les appels non urgents et la présence des policiers est moins importante dans certains secteurs.

Même si les policiers demandent davantage d'effectifs, c'est à l'hôtel de ville de Sherbrooke que la décision va se prendre. Le maire Steve Lussier affirme que des discussions à ce sujet auront lieu en vue du prochain budget municipal à venir. Toutefois, il faudra tenir compte de la capacité de payer des Sherbrookois, a-t-il laissé entendre.

Au total, 202 policiers assurent la sécurité sur le territoire. Le directeur du SPS ne veut pas dévoiler ses besoins en terme d'effectifs, mais affirme qu'il en faudrait beaucoup plus.

Depuis cinq ans, les appels au 911 liés à des problématiques de santé mentale ont plus que doublé. Les dénonciations d'agressions sexuelles depuis le mouvement #metoo sont aussi en augmentation. À ça, s'ajoute l'imminente légalisation du cannabis.