/sacchips/crisp
Navigation

10 citations de Marie-Lyne Joncas qui revient sur sa publication controversée

Marie-Lyne Joncas
Photo d'archives, Agence QMI Marie-Lyne Joncas

Coup d'oeil sur cet article

L’humoriste Marie-Lyne Joncas était de passage à l’émission Nathalie le midi, à BLVD 102,1, aujourd'hui, pour parler de la controverse entourant l’une de ses publications Instagram.

Depuis mardi, sa publication a fait énormément réagir sur la Toile. Joncas a vivement critiqué les femmes qui montrent leurs fesses et un peu trop de peau sur le réseau social. 

«La vraie beauté est à l’intérieur, pas dans ton maillot G-string», avait écrit, entre autres, l’humoriste.

Voici 10 citations de son entrevue

1. «Je savais que ça allait probablement réagir un peu, parce que, c’est sûr, il y a des gens pour et il y a des gens contre. Sauf que je suis très contente... Moi, j’étais sur Instagram et je voyais plein de photos... J’étais avant un show, j’étais dans les loges et je voyais plein de photos et j’étais là: “Ayoye! Des filles en maillot de bain, le côté du sein à l’air.” Là, j’ai fait: “Ç'a pas de bon sens, je vais en parler. Je vais faire un post là-dessus.” Mais là, ç'a complètement dégénéré.»


2. «En fait, moi, je suis contente de ce qui se passe. Moi, j’ai à peine répondu aux gens, mais le débat se fait entre eux, entre deux générations qui ne voient pas la même affaire, visiblement. C’est fou, parce que les articles qui sont sortis et que les gens ont “postés” sur Facebook, les commentaires sont tous de mon bord. Facebook, c’est plus un média qui est utilisé par des adultes, mettons de 30 ans et plus, et les plus jeunes sont vraiment rendus sur Instagram. C’est là qu’on voit vraiment le clash entre les deux générations.»


3. «J’ai reçu des messages de parents qui me disent: “Merci tellement d’avoir écrit ça, ça n’a pas de bon sens, ma fille a 12 ans, je ne sais pas plus comment la gérer.”»


4. «Il y a des filles qui ne se définissent que par des photos sexy sur Instagram. Ma petite cousine me disait: “Marie-Lyne, les filles les plus cool à l’école, c’est les filles qui ont le plus d’abonnés Instagram, c’est des filles qui mettent des photos osées, les photos les plus sexy.” Après ça, on dit: “Où est-ce que ça s’en va?” Ça va être quoi dans cinq ans, ça va être quoi dans 10 ans? Parce que ces gens-là... vont être nos médecins!»


5. «Pour moi, on a dépassé la limite. Il y a quelque chose qui est rendu dégradant, qui est vulgaire, qui fait en sorte que la personne, ce qu’elle veut, c’est de ressembler à ses modèles.»


6. «Moi, quand j’étais jeune, adolescente, mon idole c’était Sylvie Moreau... J’ai consommé du théâtre et de l’impro parce que c’était mon idole, cette femme-là. Et aujourd’hui, qu’est-ce que je fais comme métier? Ce qu’elle fait: être une comique, faire de l’impro, être comédienne.»


7. «Elles, ces petites filles-là, leurs modèles, c’est des influenceurs sur Instagram qui ont 200 000 personnes qui les suivent, qui ne font que mettre des photos d’elles très sexy, des gros shootings photo où elles sont au meilleur, au plus beau. Elles se font payer pour, finalement, ne rien faire et juste vivre... et qu’on les regarde vivre. Qu’est-ce que ces petites filles-là veulent faire? Eh bien, elles veulent devenir des influenceurs.»


8. «En plus du culte de la beauté à l’extrême et du sexy, on est rendu que ces filles-là ne veulent pas avoir de vrais métiers. Elles veulent juste être connues. C’est ça qui vient me chercher.»


9. «Je peux comprendre que ça peut t’aider à t’accepter quand t’es belle et que tu fais de belles photos et que les gens te “likent”. Je peux comprendre que ça puisse aider à t’accepter, mais c’est pas comme ça qu’on se fait une vie.»


10. «Tu peux mettre des photos de toi. Moi, je trouve qu’il y a de belles photos artistiques du corps de la femme. C’est beau qu’on le mette de l’avant. C’est magnifique. Mais après ça, quand c’est juste ça, à un très bas âge, et que tu te définis en étant sexy, que les gens t’aiment et te suivent sur Instagram pour ça, c’est là qu’il y a un problème.»


Pour écouter l’entrevue complète, cliquez ici.