/news/currentevents
Navigation

Accusé d’un meurtre digne d’un véritable film d’horreur

Un musicien itinérant a été inculpé deux mois après le meurtre d’un Montréalais de 39 ans

Raymond Henry Muller avait été arrêté en 2016 en Abitibi-Témiscamingue après avoir fui les policiers à bord de l’autobus qui lui sert de maison.
Photo courtoisie, TVA Nouvelles Raymond Henry Muller avait été arrêté en 2016 en Abitibi-Témiscamingue après avoir fui les policiers à bord de l’autobus qui lui sert de maison.

Coup d'oeil sur cet article

C’est à une véritable boucherie que se serait livré un homme accusé d’avoir assassiné un Montréalais de 39 ans, dont il aurait démembré le corps et dispersé les morceaux en plusieurs endroits.

Raymond Henry Muller, un musicien de 51 ans au style de vie marginal, a été inculpé lundi du meurtre prémédité de Cédric Gagnon et d’outrage à son cadavre.

 

L’homme qui vit dans un autobus défraîchi avec sa femme et ses enfants aurait commis son crime dans un logement de la rue Bernard Est, dans l’arrondissement Le Plateau-Mont-Royal.

Hier, des traces rougeâtres ressemblant à du sang étaient visibles dans le vestibule et l’escalier du bâtiment lors du passage du Journal.

Pourtant, le meurtre remonterait au 4 juillet, selon la dénonciation.

Le corps de la victime aurait été découpé en morceaux avant d’être disposé dans des boîtes, ont confirmé plusieurs sources.

Les « colis » auraient ensuite été dispersés à différents endroits, mais les autorités ne les auraient pas encore tous retracés.

La poste n’aurait toutefois pas été utilisée, contrairement à ce qu’avait fait Luka Rocco Magnotta, en 2012.

Muller aurait consigné les détails de son crime présumé dans un carnet, selon nos informations.

Raymond Henry Muller avait été arrêté en 2016 en Abitibi-Témiscamingue après avoir fui les policiers à bord de l’autobus qui lui sert de maison.
Photo courtoisie, TVA Nouvelles

19e homicide

La police de Montréal s’est refusée à tout commentaire sur le 19e homicide de l’année, se contentant de mentionner « qu’il y avait encore plusieurs démarches d’enquête toujours en cours ».

Bien qu’il ait fourni aux policiers l’adresse du loyer comme domicile, celui qui serait originaire de l’Ontario n’habitait pas « officiellement » ce lieu.

« Il venait souvent à l’appartement. Je crois qu’il était ami avec le monsieur âgé qui y réside », a relaté un employé d’un commerce adjacent.

Il vivait plutôt avec sa femme, avec qui il forme un groupe obscur appelé Katray, et ses quatre enfants, dans un autobus scolaire peint en vert. Il le garait non loin de là, aux abords du viaduc du boulevard Rosemont.

« Il était un musicien ou quelque chose comme cela. On le voyait souvent vagabonder dans le parc à côté », soutient pour sa part Mehdi Lahoum, un résident du coin. Avec sa moustache et son style hippie, il ne passait pas inaperçu.

C’est en enquêtant sur la disparition de Cédric Gagnon que les policiers sont remontés jusqu’au présumé meurtrier.

Les deux hommes se connaissaient et ont déjà été vus ensemble dans le voisinage.

Les enquêteurs se seraient d’ailleurs présentés dans le secteur munis d’une photo de la victime autour du 24 août pour tenter d’élucider la disparition qui venait d’être signalée.

19e meurtre Montréal démembré
Les policiers ont passé au peigne fin un logement de la rue Bernard en début de semaine, où le meurtre de Cédric Gagnon serait survenu, en juillet. Des traces de substance rougeâtre ressemblant à du sang étaient encore visibles sur les murs des escaliers avec les marqueurs d’identification des autorités.
Photo Axel Marchand-Lamothe
Les policiers ont passé au peigne fin un logement de la rue Bernard en début de semaine, où le meurtre de Cédric Gagnon serait survenu, en juillet. Des traces de substance rougeâtre ressemblant à du sang étaient encore visibles sur les murs des escaliers avec les marqueurs d’identification des autorités.

Poursuite policière

Muller a finalement été arrêté et accusé en début de semaine.

L’appartement a été passé au peigne fin par les spécialistes de l’identité judiciaire il y a quelques jours.

Raymond Henry Muller avait été arrêté en 2016 après une poursuite policière à Rouyn-Noranda, alors qu’il conduisait son autobus avec sa famille.

L’individu avait fait face à de multiples accusations, mais s’en était tiré avec une absolution inconditionnelle et avait pu récupérer son véhicule.