/sports/hockey/canadien
Navigation

Le tournoi de Drouin relégué au second plan

Première édition de son tournoi au profit de la Fondation du CHUM

Coup d'oeil sur cet article

TERREBONNE  |   Bien que Max Pacioretty veuille éviter d’être la distraction dans l’entourage du Canadien, sa situation contractuelle provoque l’effet inverse. Elle continue de retenir énormément l’attention. Jeudi, le tournoi de golf de Jonathan Drouin n’était pas la priorité au prestigieux club Le Mirage.

Un an après avoir annoncé son don de 500 000 $ à la Fondation du Centre hospitalier de l’Université de Montréal, le CHUM, en plus de participer à recueillir 5 M$ supplémentaires en activités de financement, c’était la première édition de son tournoi de golf. Une dizaine de ses coéquipiers étaient présents pour l’épauler. 

Mais le sujet de la collecte de fonds au profit du CHUM a été relégué au second rang. La tempête frappant le capitaine du CH distrait même sur les allées verdoyantes.

« On ne peut pas se concentrer sur ce qui se passe avec Max. Il a ses propres affaires. Ce n’est pas la première fois que ça survient dans ce marché, a indiqué Drouin à quatre jours du lancement de la campagne du Canadien. Il ne faut pas de négatif autour du camp d’entraînement. Nous n’avons pas besoin de ça. 

« Je sais que ce n’est pas l’objectif de Max, mais il faut composer avec la situation », a poursuivi l’attaquant de 23 ans ayant produit 46 points dans la dernière saison de misère du club.

Du positif

Mais il y avait au moins une bonne nouvelle au Mirage, jeudi, faisant oublier les tracas sportifs. La Fondation a recueilli 301 775$.

« Je suis chanceux d’avoir eu l’opportunité de m’embarquer dans un gros projet pour aider les gens, a témoigné Drouin avant d’aller taquiner la petite balle blanche en matinée. Depuis que je m’implique, je suis très heureux. »

Rappelons qu’il n’avait pas encore enfilé l’uniforme bleu-blanc-rouge en septembre 2017 que le numéro 92 avait déjà fait la différence dans le paysage caritatif de la métropole. Un geste d’une grande générosité pour l’athlète, qui était alors âgée de 22 ans, comptant trois saisons dans la LNH derrière la cravate.

« À Tampa Bay, Ryan Callahan était fortement impliqué dans la communauté avec sa femme. Il s’impliquait dans plusieurs causes et fondations. J’avais de la misère à m’impliquer au début de ma carrière, car je me concentrais davantage sur le hockey. 

« En arrivant à Montréal, c’est devenu plus facile avec le contrat que j’avais signé, a ensuite souligné celui qui jouit d’un contrat d’une valeur de 33 millions $ sur six ans. Je veux aider les gens malades. Je suis chanceux, il n’y en a pas dans mon entourage. En voyant les enfants et les adultes malades à l’hôpital, c’est triste. Mais on réussit à les faire sourire. C’est facile pour nous de nous impliquer dans la communauté. »

Un conseil pour le jeune

Cinq ans après avoir été sélectionné par le Lightning au troisième rang de l’encan amateur, Drouin verra débarquer le nouvel espoir du Canadien Jesperi Kotkaniemi dans le vestiaire la semaine prochaine à l’ouverture du camp d’entraînement. L’attaquant finlandais et lui ont déjà quelque chose en commun en étant des troisièmes choix du repêchage.

Aurait-il un conseil à prodiguer au jeune talent à sa rentrée montréalaise ?

« S’il pouvait éviter de regarder les médias sociaux et toutes ces choses-là, ce serait un plus, a-t-il répondu. Les premières années, on ne réalise pas vraiment l’ampleur. On est tellement heureux d’être dans notre nouvelle équipe, nouvelle ligue. Il doit aussi rester tranquille. Je crois qu’il pourra contrôler le tout de la bonne façon. »

On vous suggère