/misc
Navigation

Le PQ vit dangereusement

Le PQ vit dangereusement
Photo Agence QMI, Andreanne Lemire

Coup d'oeil sur cet article

On a vu que le chef du PQ Jean-François Lisée vivait dangereusement en s’acharnant sur le cas d’Éric Caire et le boomerang l’a frappé fort avec l’affaire de facultés affaiblies de Guy Leclair. Il semble que son candidat dans Prévost, Paul Saint-Pierre Plamondon vit tout aussi dangereusement. 
 
PSPP tente en effet par tous les moyens de salir Marguerite Blais en l’associant au financement sectoriel. Il brandit dans tous les coins de la circonscription un extrait du rapport Charbonneau qui implique une  ancienne adjointe de comté. Incidemment, celle-ci est aujourd’hui conseillère politique de Dominique Anglade. 
 
Le problème de PSPP c’est que Marguerite Blais n’a jamais été mise en cause ni appelée à témoigner par la Commission Charbonneau. 
 
Pire : il fait campagne avec l’ancienne députée du PQ, Lucie Papineau. Elle a été mise en cause et appelée à témoigner devant la Commission Charbonneau, ayant même été forcée de quitter son poste de directrice de cabinet de Nicole Léger en mai 2013. Mme Papineau est présidente de l’association de comté de Prévost depuis mars 2018, là où se présente PSPP. 
 
Peut-être que le candidat du PQ devrait-il donner un coup de fil à son chef pour savoir comment on se sent quand le boomerang frappe.