/24m/city
Navigation

Place des Montréalaises: un «pré fleuri» aux abords de la station Champ-de-Mars

Champ-de-Mars
Photo courtoisie, Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle place publique, formée d’une dalle inclinée donnant sur un «pré fleuri» en l’honneur de 21 femmes montréalaises, sera construite à partir de 2020 aux abords de la station Champ-de-Mars.

Une place publique a été inaugurée l’automne dernier dans le cadre de la fin des travaux de recouvrement partiel de l’autoroute Ville-Marie par le gouvernement du Québec. Pour l’instant, l’aménagement est temporaire. Il deviendra permanent à la fin des travaux en 2022 et se nommera place des Montréalaises.

Pour l’occasion, un concours international d’architecture de paysage avait été lancé et le concept gagnant, conçu par la firme Lemay, la firme SNC-Lavalin et l’artiste Angela Silver, a été dévoilé jeudi à l’hôtel de ville de Montréal

Le responsable de l'urbanisme au comité exécutif Éric Alan Caldwell, la responsable de la culture, du patrimoine et du design au comité exécutif Christine Gosselin, l'associé principal conception chez Lemay Andrew King, la mairesse de Montréal Valérie Plante, l'architecte paysagiste associée chez Lemay Patricia Lussier et l'artiste Angela Silver
Photo Agence QMI, Sarah Daoust-Braun
Le responsable de l'urbanisme au comité exécutif Éric Alan Caldwell, la responsable de la culture, du patrimoine et du design au comité exécutif Christine Gosselin, l'associé principal conception chez Lemay Andrew King, la mairesse de Montréal Valérie Plante, l'architecte paysagiste associée chez Lemay Patricia Lussier et l'artiste Angela Silver

«Ce concept-là m’a particulièrement touchée parce que j’aime comment la mémoire des femmes est intégrée, a souligné la mairesse de Montréal Valérie Plante. Je trouvais cela très beau que ce soit dans un pré, et la manière dont on arrive à recouvrir la bretelle d’une façon complètement différente.»

Pente fleurie

Le futur aménagement, qui vise à relier le centre-ville au Vieux-Montréal, comprend une grande dalle inclinée fleurie, qui débute à la station Champ-de-Mars et s’étire jusqu’au Champ-de-Mars près de l’hôtel de ville, offrant une vue sur la métropole québécoise.

Cet espace comprendra un emmarchement commémoratif en l’honneur de 21 femmes importantes dans l’histoire de Montréal, donc Jeanne Mance, Idola Saint-Jean et les victimes de la tragédie de Polytechnique, et 400 perforations circulaires avec 21 plantes différentes en leur hommage.

 Le concept d'aménagement, conçu par la firme d’architecture Lemay, la firme SNC-Lavalin et de l’artiste Angela Silver, a été présenté jeudi à l'hôtel de ville de Montréal
Photo Agence QMI, Sarah Daoust-Braun
Le concept d'aménagement, conçu par la firme d’architecture Lemay, la firme SNC-Lavalin et de l’artiste Angela Silver, a été présenté jeudi à l'hôtel de ville de Montréal

Le plan incliné sera recouvert de modules en béton armé préfabriqués qui seront assemblés pour former les cercles de plantation. «L'espace entre la dalle structurale et les modules de béton sera rempli notamment de terreau léger et de diverses membranes d'étanchéité», a précisé la relationniste pour la Ville Linda Boutin.

La place des Montréalaises comprendra aussi un amphithéâtre urbain donnant sur la rue Saint-Antoine, une esplanade multifonctionnelle le long de l’avenue Hôtel-de-Ville, et un axe urbain parallèle au CHUM.

Une forêt, en commémoration de l’esclave Marie-Josèphe-Angélique et longeant l’avenue Viger, sera aussi implantée près de la station de métro.

Le budget total de cette nouvelle place est de 62,4 millions $, soit 12 millions de moins que le budget prévu par la Ville en 2017 qui s’élevait à 74,4 millions $. La décision de ne pas construire un tunnel mais plutôt une passerelle piétonne a permis de réduire les coûts, a précisé Valérie Plante.

Les travaux d’aménagement s’effectueront de juillet 2020 à juillet 2022.

Les 21 femmes honorées

  • Jeanne Mance, cofondatrice de Montréal
  • Marie-Josèphe-Angélique, esclave noire accusée de l’incendie de Montréal de 1734 et exécutée
  • Idola Saint-Jean, militante féministe, journaliste et enseignante
  • Ida Roth Steinberg, femme d’affaires fondatrice de la première épicerie Steinberg
  • Agnès Vautier, hockeyeuse des Western de Montréal
  • Jessie Maxwell Smith, enseignante qui a milité pour l’accès à l’éducation dans la Petite-Bourgogne
  • Myra Cree, animatrice télé et radio d’origine mohawk
  • Sonia Pelletier, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Anne-Marie Edward, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Anne-Marie Lemay, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Annie St-Arneault, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Annie Turcotte, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Barbara Daigneault, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Barbara Klucznik-Widajewicz, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Geneviève Bergeron, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Hélène Colgan, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Nathalie Croteau, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Michèle Richard, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Maud Haviernick, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Maryse Leclair, victime de la tragédie de Polytechnique
  • Maryse Laganière, victime de la tragédie de Polytechnique