/opinion
Navigation

Où va donc l’argent?

2 octobre 2006

Coup d'oeil sur cet article

Lise Payette a été chroniqueuse au Journal de 2004 à 2007. En sa mémoire, nous publions aujourd’hui trois chroniques qui sont représentatives de la relation qu’elle avait développée avec ses lecteurs.



On l’a entendu des centaines de fois. Nous sommes les plus taxés en Amérique du Nord. Logiquement, avec tout ce que nous payons de taxes et d’impôts, nous devrions avoir des infrastructures en or 14 carats. Ce n’est pas le cas. Il suffit de lever les yeux quand on roule dans un tunnel ou sous un viaduc pour réaliser à quel point le temps a fait son œuvre. Quant aux routes, n’en parlons pas. Elles sont une honte et un danger public.

Ce n’est pas tout. La plupart des écoles sont dans un mauvais état. Elles auraient presque toutes grand besoin d’un bon coup de peinture, quand ce n’est pas bien davantage. Quant aux hôpitaux, certains sont si sales et si repoussants qu’on espère ne jamais avoir à y mettre les pieds. On se demande même comment on peut y soigner des malades.

L’équipement laisse à désirer, quand il n’est pas complètement périmé. De plus, je ne parle ici que des infrastructures. Je ne parle pas de l’état des gens qui y vivent et y travaillent.

Il aura fallu l’effondrement d’un viaduc à Laval pour réveiller le Québec au grand complet sur la terrible réalité. Et fermer le bec, peut-être, à ceux et celles qui voudraient qu’on s’emballe pour des projets gigantesques de casino et autres bébelles, alors que l’essentiel vital n’est pas assuré.

Trop de gouvernements

Le problème avec tous les gouvernements que nous avons, c’est qu’il est difficile de savoir qui est vraiment responsable. Est-ce le gouvernement du Québec qui, sous tous les partis politiques, a négligé les infrastructures pour dépenser l’argent ailleurs et autrement ? L’argent est-il vraiment allé en santé et en éducation comme chacun avait promis, la main sur le cœur ? Il me semble que si c’était le cas, on le verrait. [...]

Est-ce le gouvernement fédéral qui, en coupant dans les transferts au Québec de façon sauvage, a privé le gouvernement du Québec de sommes essentielles à l’entretien des infrastructures ?

Est-ce la Ville de Laval qui n’a pas fait son job ? Est-ce un fonctionnaire du ministère des Transports qui, au lieu d’agir, s’est gratté une fesse en se répétant la devise du Québec : C’est assez bon, ça va faire ?

[...]

La vraie question

La vraie question, c’est où va notre argent ? Ne me répondez pas de lire le dernier budget du Québec pour y trouver une réponse. Le budget est devenu une œuvre de fiction où on peut jouer avec les chiffres à l’infini.

Vous savez comme moi que ce n’est pas parce qu’on annonce que des montants seront consacrés à tel ou tel poste dans le budget que l’argent va suivre.

S’il faut se fier à ce que l’on voit, l’argent ne va ni sur les routes, ni sur les tunnels, ni sur les viaducs. Il ne va pas non plus dans les écoles ou les hôpitaux.

Les infrastructures sont pratiquement à l’abandon. Tout le monde va vouloir s’en laver les mains. Ça ne sera finalement la faute de personne.

Nous allons pleurer avec les familles qui ont perdu des êtres chers. Sans pouvoir leur dire la vraie raison pour laquelle le viaduc de Laval est tombé.