/weekend
Navigation

Demeurer optimiste malgré tout

Demeurer optimiste malgré tout
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

La saison théâtrale au TNM s’ouvrira sur un conte philosophique de Voltaire. On y propose une relecture du roman Candide ou l’optimisme paru en 1759, où il est question d’un homme doté d’un optimiste sans borne. C’est la tête d’affiche Emmanuel Schwartz qui personnifiera Voltaire, sous la direction de la metteuse en scène Alice Ronfard.

C’est la directrice artistique du TNM Lorraine Pintal qui a invité la metteuse en scène Alice Ronfard et l’acteur Emmanuel Schwartz afin de concrétiser son désir de présenter Candide ou l’optimisme.

« On est toujours choyé et flatté de se voir offrir de beaux personnages », confie d’emblée Emmanuel Schwartz­­­. Ironie du sort, le comédien avait déjà auditionné pour jouer Voltaire dans Candide ou l’optimisme, dans la troupe de théâtre de son école alors qu’il était au secondaire. « J’ai été refusé, se souvient l’acteur. Principalement pour ma confiance trop débordante. »

Depuis sa sortie de l’option théâtre en 2003, les choses ont bien changé : Emmanuel Schwartz nous a éblouis, notamment dans Tartuffe, Caligula ou encore dans En attendant Godot. Mais une chose est demeurée au fil des ans, c’est sa complicité avec la metteuse en scène Alice Ronfard qui remonte à sa sortie de l’école de théâtre.

« Alice, c’est ma grande complice, ma mère théâtrale et ma sœur spirituelle », lance le comédien qui n’a pas peur des défis et des gestes audacieux à l’instar de la metteuse en scène.

Réflexion philosophique

L’œuvre du philosophe et écrivain français Voltaire est colossale. On y compte pas moins de 25 000 lettres en plus d’essais philosophiques, de pièces de théâtre et de contes, dont le plus célèbre, Candide ou l’optimisme.

Sur scène, on retrouvera Voltaire lui-même et le personnage de son roman, Candide, interprété par Benoît Drouin-Germain.

« Pour arriver à percer le mystère de Voltaire, et le sens profond de ses propos, cela demande du temps, car il y a plusieurs niveaux de compréhension », indique Emmanuel Schwartz, qui a passé plusieurs mois à fouiller les écrits de Voltaire.

« Le défi est d’entrer dans une réflexion philosophique et de ne pas se perdre », précise-t-il.

On verra notamment que Voltaire dénonce sans retenue le fanatisme religieux de l’époque en plus de critiquer la monarchie et l’économie. On évoque l’intolérance, mais c’est l’optimisme qui est au cœur du propos.

« Candide est la représentation de l’optimisme même », souligne la tête d’affiche. Il demeurera optimiste même lorsqu’il apprendra que son amoureuse, Cunégonde (Larissa Corriveau), a été violée et abandonnée sur le chemin. « Jamais il ne perd espoir de la retrouver », ajoute-t-il.

Cultiver son jardin

Parmi les réflexions que propose la pièce, on aura, à la fin, le constat qu’il est nécessaire de cultiver son jardin intérieur pour parvenir au bonheur. « Ça a une connotation nouvel âge, avec l’idée de vivre le moment présent », fait remarquer l’acteur.

Par ailleurs, Emmanuel Schwartz sera au CNA pour présenter Le tigre bleu de l’Euphrate, puis on aura l’occasion de le retrouver au début de l’année prochaine au Théâtre La Chapelle dans la pièce L’exhibition.

Candide ou l’optimisme

Auteur : Pierre Yves Lemieux, d’après le roman de Voltaire

Mise en scène : Alice Ronfard

Distribution : Emmanuel Schwartz, Valérie Blais, Patrice Coquereau, Larissa Corriveau, Benoît Drouin-Germain,

Au TNM du 11 septembre au 6 octobre

Suivi d’une tournée au Québec