/weekend
Navigation

Richard Séguin crée son premier théâtre musical

Richard Séguin a travaillé en studio pendant 10 mois pour le projet <i>Retour à Walden</i>. L’auteur-compositeur a fait appel à Élage Diouf, Jorane et Normand D’Amour pour incarner les personnages.
Photo courtoisie, Béatrice Flynn Richard Séguin a travaillé en studio pendant 10 mois pour le projet Retour à Walden. L’auteur-compositeur a fait appel à Élage Diouf, Jorane et Normand D’Amour pour incarner les personnages.

Coup d'oeil sur cet article

En plus de 40 ans de carrière, Richard Séguin ne s’était jamais attaqué à un projet de théâtre musical. Fasciné par l’auteur américain du 19e siècle, Henry David Thoreau, le musicien lance son album le plus costaud de sa carrière : Retour à Walden. « Ça arrive comme un cadeau dans ma création », dit-il.

Rarement avons-nous vu Richard Séguin aussi passionné par un sujet. Rencontré pour parler de Retour à Walden, l’auteur-compositeur répond avec entrain et générosité à nos questions. Il faut dire que ce projet l’habite à temps plein depuis trois ans... mais qu’il y pense depuis une trentaine d’années, en fait !

« J’ai lu le livre Walden ou la Vie dans les bois, de Henry David Thoreau, quand j’avais 29 ans, dit-il. Ça m’avait marqué. »

Tout en sortant d’autres albums plus « traditionnels » au fil des années, Richard Séguin portait intérieurement le projet de rendre hommage à l’œuvre de Thoreau. « C’était en dormance, dit-il. Il y a trois ans, je me suis dit : OK, je m’arrête. Thoreau répondait à quelque chose de pressant. C’est vraiment une prise d’action. Aujourd’hui, on est face à des enjeux bien importants, décisifs. »

Dans son livre qu’il a écrit en 1845, Henry David Thoreau aborde le transcendantalisme. Il est aussi reconnu comme le père de la désobéissance civile. « J’aime que dans son personnage, il y ait deux pôles : l’émerveillement et l’indignation », dit Richard Séguin.

À plusieurs voix

Dès le début du projet, l’auteur-compositeur­­­ a écrit en pensant à d’autres artistes pour l’accompagner. Parce que des personnages importants ont accom­pagné Thoreau dans son histoire, il ne se voyait pas mener son projet d’une seule voix.

Richard Séguin a travaillé en studio pendant 10 mois pour le projet <i>Retour à Walden</i>. L’auteur-compositeur a fait appel à Élage Diouf, Jorane et Normand D’Amour pour incarner les personnages.
Photo courtoisie

« J’ai écrit le personnage de Lidian en pensant à Jorane, dit-il. J’ai écouté ses musiques pour savoir dans quelle tonalité elle chante. Pour elle, c’était évident qu’on privilégierait les cordes. Dans le cas d’Élage (Diouf), qui fait le personnage de William, je pensais aux racines blues et un peu world beat. Et Normand (D’Amour), qui fait John Brown, on devait aller dans quelque chose d’étrange avec une pièce musicale sans refrain ni couplet. »

Pour coréaliser l’album, Richard Séguin a demandé à Hugo Perreault et Guido Del Fabbro de l’accompagner. « Je me suis donné beaucoup de temps, dit Richard. Il n’y avait pas de panique. On ne répondait à aucune attente, aucun deadline. Je savais que c’était un projet très marginal, aussi à contre-courant. »

Quand on lui demande à qui s’adresse Retour à Walden, Richard Séguin éclate de rire. « C’est un mystère ! Mais j’ai déjà reçu plein de courriels ces derniers jours, de tous les horizons. Il y a autant des écologistes que des professeurs de littérature ou de philosophie qui m’ont écrit. Ça ne m’étonne pas. Thoreau est fascinant. »

Une boutade au temps

En lançant cet album de 70 minutes et 19 morceaux et interventions, Richard Séguin indique faire « une boutade au temps ». « Après ça, je veux éveiller la curiosité autour du personnage de Thoreau. C’est aussi un appel à l’action. Il y a des engagements personnels qu’on peut prendre. »

Pour l’instant, Richard Séguin ne sait pas si Retour à Walden aura une vie sur scène. « On a pensé faire des conférences avec ça, mais je trouve que ça ferait court-circuiter le projet théâtral, dit-il. On va laisser l’album faire son chemin. J’aimerais faire la traduction de cette création-là. Il y a quand même eu 120 éditions du même livre. J’avance étape par étape dans ce projet-là. C’est tellement nouveau pour moi. »

Cet automne, Richard Séguin prévoit prendre du repos et voyager avec sa conjointe. « Je pense que j’en ai besoin un peu. J’ai vécu dans le 19e siècle depuis trois ans ! » conclut-il en riant.


► L’album de Richard Séguin, Retour à Walden, est présentement sur le marché.